Goto main content
 
 

Il y a 24 ans, le prix Nobel de la paix honorait le combat contre les mines

Mines et autres armes
International

Le 10 décembre 1997, Handicap International recevait le prix Nobel de la paix aux côtés des membres de la Campagne internationale pour interdire les mines antipersonnel. 24 ans après, le combat continue.

En décembre 1997 à Oslo, remise du prix Nobel de la paix aux représentants de la Campagne internationale pour interdire les mines

En décembre 1997 à Oslo, remise du prix Nobel de la paix aux représentants de la Campagne internationale pour interdire les mines | © ICBL

Un engagement historique

Dans les années 80-90, les mines antipersonnel font en moyenne 26 000 victimes chaque année. Ce sont en grande majorité des femmes et des enfants

Indignée par cette injustice, Handicap International co-fonde en 1992 la Campagne internationale pour interdire les mines antipersonnel (ICBL). Pendant cinq années, la coalition milite pour faire interdire « l’arme des lâches ».

Un mouvement de protestation citoyen

La campagne lance un mouvement de protestation citoyen international. Finalement, après cinq années d’efforts, la campagne remporte une victoire essentielle : la signature de la Convention sur l’interdiction des mines antipersonnel, également appelée Traité d’Ottawa, en décembre 1997. Il s’agit alors du premier traité d’interdiction d’une arme conventionnelle. À l’époque, 121 États s’engagent en le signant ; ils sont aujourd’hui 164.

La même année, le prix Nobel de la paix est co-attribué à Handicap International et aux autres membres d’ICBL pour avoir « initié les efforts internationaux visant à obtenir l'interdiction des mines antipersonnel ».

Ce prix Nobel vient souligner la ténacité des organisations de la société civile, qui sont parvenues à faire pression sur les États pour interdire cette arme.

Le rôle central des ONG

Portrait de Philippe Chabasse, ancien co-directeur de Handicap International en charge de la Campagne internationale pour interdire les mines antipersonnel« Au-delà de son extraordinaire rapidité, le processus d’Ottawa a cassé le jeu des règles diplomatiques classiques qui prévalaient à l’élaboration des traités internationaux. La pression des ONG, des médias et des opinions a ouvert la porte à une diplomatie publique suffisamment puissante pour enrayer le système diplomatique traditionnel. Beaucoup considéraient, dix ans plus tôt, l’invraisemblable prolifération des mines et ses dégâts sur les civils comme un "dommage collatéral" des conflits. […] Le Traité d’Ottawa n’est, de fait, pas juridiquement universel. Mais sa signature a établi une nouvelle norme de comportement qui influe politiquement sur l’attitude des pays non signataires. […] Handicap International a été distinguée par le prix Nobel de la paix et notre notoriété a fait un bond extraordinaire. La réussite de notre mobilisation internationale sert encore de modèle, 24 ans après, à toutes les ONG qui veulent faire bouger les cadres institutionnels pour agir sur les causes des drames contre lesquels elles luttent au quotidien. »

Philippe Chabasse, ancien co-directeur de Handicap International en charge de la campagne ICBL

Le combat continue

Pour Handicap International, il ne s’agit pas seulement d’interdire les mines antipersonnel et de déminer les zones polluées. Il faut également aider les victimes à reconstruire leur vie et leur économie. Aujourd’hui encore, le combat porté par l'association n’est pas terminé. Ses équipes mènent des projets pour la réduction de la violence armée dans 18 pays. L’association intervient ainsi dans des contextes extrêmement fragiles, comme en Irak ou au Yémen, ainsi que dans des pays pollués par d’anciennes mines ou engins explosifs comme la Colombie ou le Tchad.

D’autres armes continuent de frapper principalement des civils : les bombes à sous-munitions notamment, dont Handicap International obtient l’interdiction en 2008 avec le Traité d’Oslo.

Aujourd’hui, Handicap International mène la campagne EWIPA pour mettre fin aux bombardements en zones urbaines : plus de 90 % des victimes de bombardements en zone peuplée sont des civils.

Le combat contre les mines et pour la protection des civils doit cependant continuer, puisque les mines ont encore fait 7 000 victimes en 2020, dont 80 % de civils.

Publié le : 10 décembre 2021
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Adoption le 18 novembre de l'accord international contre les bombardements urbains
© HI
Mines et autres armes

Adoption le 18 novembre de l'accord international contre les bombardements urbains

Les États sont invités le 18 novembre prochain à Dublin pour adopter l'Accord international contre les bombardements en zones peuplées.

1,8 million m² de terres libérées des mines depuis 2016 par Handicap International en Irak
© HI
Mines et autres armes

1,8 million m² de terres libérées des mines depuis 2016 par Handicap International en Irak

Handicap International mène depuis 2016 des opérations de déminage en Irak. Les experts de l'association neutralisent  actuellement des engins explosifs improvisés près de Kirkouk.

Blessé par un reste explosif de guerre, Enayatullah remarche grâce à HI
© HI
Mines et autres armes Réadaptation

Blessé par un reste explosif de guerre, Enayatullah remarche grâce à HI

Enayatullah est un garçon de 9 ans qui a perdu sa jambe lors de l’explosion d’un reste explosif de guerre en Afghanistan. Il est aujourd'hui soutenu par Handicap International.

*

(format: [email protected])

Je m'inscris