Goto main content
 
 

Une aide précieuse pour sortir de la pauvreté

Insérer dans la société
Laos

Pour aider la famille d’Atea, une jeune femme de 18 ans diagnostiquée autiste, Handicap International a fourni à sa mère de quoi démarrer un élevage avicole. Un très précieux soutien dans cette région isolée du Laos de la province de Savannakhet.

Atea est atteinte d'un lourd retard mental. En 2015, sa maman Deang a reçu des poules de Handicap International pour l'aider à sortir de la pauvreté et l'aider à faire vivre sa famille.

© D.Kremer / Handicap International

Les cheveux coupés à la garçonne, Atea a le regard qui pétille. Son regard se fait complice dès qu’elle regarde Deang, sa maman. À 18 ans, Atea a l’âge de vouloir vivre sa vie, de voler petit à petit de ses propres ailes. Et pourtant, elle aura besoin de sa maman pour le restant de ses jours.

Tout avait pourtant bien commencé. Atea était un beau bébé. Elle commençait à se déplacer à quatre pattes quand tout a basculé. « Atea a été très malade, explique sa maman. J’ignore ce qui s’est passé. Mais depuis, elle a changé. On m’a dit que c’était de l’autisme, mais je ne sais pas vraiment… »
Ce qui est sûr, c’est que depuis la jeune fille ne progresse quasi plus. Tout va très lentement et elle n’est pas autonome. Le seul choix pour sa maman est de consacrer une bonne partie de ses journées à s’en occuper.
« Elle ne sait rien faire seule : s’habiller, manger… C’est dur pour moi. Heureusement, mes autres enfants vont à l’école. Mais c’est impossible pour Atea et je m’inquiète pour son avenir. »

Il y a de quoi s’inquiéter. La vie quasi autarcique des villages laotiens offre peu de perspectives d’avenir, surtout pour un enfant handicapé. Dans le village d’Atea, il y a huit personnes handicapées pour 86 familles.
Les petites maisons aux murs faits de bambous parsèment le paysage. Si elles évoquent un décor de carte postale, elles masquent difficilement la grande misère des lieux. Pour ces familles, le premier défi est d’ordre économique. Pour pouvoir éduquer, vivre heureux, il faut avoir le ventre rempli et des rentrées financières afin d’assurer l’essentiel : les vêtements, les médicaments, l’école…

Ce premier défi, Handicap International a choisi de le relever aux côtés des familles des huit personnes handicapées du village, comme c’est le cas dans 36 autres villages de la province. Discussions, accompagnement, petite formation…

Le parcours est personnalisé pour mettre en place une activité génératrice de revenus comme l’élevage de poules. C’est ce qu’a choisi Deang. « Avec d’autres animaux nous aurions dû nous déplacer, les emmener aux champs. Cela aurait été trop dur avec Atea ».

Les poules sont arrivées. La cage aussi, et de quoi acheter des graines. Un bon exercice pour Atea qui est chargée de leur donner à manger.

Publié le : 13 novembre 2015
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Les personnes handicapées ne veulent pas être un fardeau »
© HI
Inclusion

« Les personnes handicapées ne veulent pas être un fardeau »

Nuan a 34 ans. Elle est handicapée à cause de la polio. Handicap International lui fournit une aide financière d’amorçage pour élever du bétail.

Tok, amputé suite à un accident du travail
© HI
Inclusion Réadaptation

Tok, amputé suite à un accident du travail

Tok a 27 ans. Il vit dans le district de Huameuang au Laos et porte une prothèse fournie par Handicap International.

Chue Por, victime d'une mine à 18 ans
© Natalia Lozano / HI
Mines et autres armes

Chue Por, victime d'une mine à 18 ans

Chue Por a survécu à l’explosion d’une mine antipersonnel. Amputé d’un bras, il retrouve sa mobilité grâce au soutien de Handicap International.

*

(format: [email protected])

Je m'inscris