Goto main content
 
 

Madagascar : l'impact humanitaire du changement climatique

Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population
Madagascar

L'exposition croissante aux risques liés à la météo crée des besoins importants à Madagascar. Handicap International développe des solutions adaptées pour les populations.

Une famille à Betioky, l'une des régions touchées par la grave sécheresse qui sévit dans le Sud de Madagascar

Une famille à Betioky, l'une des régions touchées par la grave sécheresse qui sévit dans le Sud de Madagascar | © HI

Madagascar est l’un des pays les plus exposés aux catastrophes climatiques extrêmes et le troisième le plus vulnérable aux conséquences du changement climatique. Inondations fréquentes, tempêtes tropicales, cyclones et sécheresses ont un impact dévastateur sur la population, et les besoins d’aide humanitaire sont conséquents dans toute l’île. Le changement climatique devrait augmenter encore à l’avenir la fréquence et la violence de ces catastrophes.

Cinq tempêtes en moins de deux mois

Dégâts causés par le cyclone Batsirai à Madagascar © A. Fanantenana / HIÀ Madagascar, la saison des cyclones s’étend habituellement de novembre à mars. Pendant cette période, l’île s’attend à essuyer au moins un à deux cyclones, entraînant des pluies torrentielles, des vents puissants, des inondations et une augmentation du niveau de la mer. Pour le seul début d’année 2022, le pays a déjà connu cinq tempêtes tropicales, dont deux cyclones intenses qui se sont produits à seulement deux semaines d'intervalle et ont suivi des trajectoires similaires, dévastant les mêmes zones.

Entre janvier et mars, ces tempêtes ont fait plus de 200 victimes. Environ 420 000 personnes Dégâts causés par le cyclone Batsirai à Madagascar © HIont été touchées, et plus de 169 000 ont vu leur foyer détruit, en partie ou en totalité. Après le passage de chacune de ces tempêtes, ce sont des familles entières qui ont été privées d’accès à de la nourriture, à de l’eau potable, à l’électricité, à un abri ou encore à des produits d’hygiène de base. Les hôpitaux, les écoles et les terres cultivables ont été largement dévastés, laissant les populations sans soins médicaux, les enfants sans éducation, et des communautés entières sans moyens de subsistance dans une société fortement dépendante de l’agriculture. Tout ceci ayant bien entendu des conséquences sur le long terme, qui se prolongent bien après le passage des tempêtes. Quelque 60 000 hectares de rizières ont été inondés par deux fois par l’un puis l’autre cyclone, et certaines régions ont perdu jusqu’à 90 % de leurs sources de production alimentaire.

La pire sécheresse de ces 40 dernières années

Les régions du Nord et de l’Est de l’île ont dû faire face à des inondations et à de fortes pluies, le Sud connaît la sécheresse la plus dure de ces 40 dernières années. Après plusieurs années de pluies moins abondantes que la moyenne et avec les effets du changement climatique, environ un million et demi de personnes sont désormais en situation d’insécurité alimentaire.

« La population dépend fortement d’une agriculture vivrière et de cultures pluviales. Par conséquent, la sécheresse a des conséquences dramatiques sur la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance. »

Lili Bazin, référente Réduction des risques de catastrophes à Handicap International

Les familles malgaches à Tuléar, touchées par la sécheresse, attendent les distributions de nourriture de Handicap International © HIEntre 2018 et 2021, le prix de l’eau a augmenté de 300 %. Certaines familles en sont réduites à manger de la boue ou faire bouillir des lanières de cuir afin de surmonter la crise actuelle. Le manque alarmant de nourriture met les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans en grave danger de malnutrition, qui pourrait entraîner des troubles du développement.

Une vulnérabilité qui s’aggrave

Ces phénomènes météorologiques catastrophiques alimentent un cercle vicieux : les catastrophes naturelles engendrent un besoin humanitaire par les destructions qu’elles causent, tandis que les sources de vulnérabilité préexistantes amplifient les conséquences de ces catastrophes.

Madagascar est l’un des pays les plus pauvres au monde. Une situation qui rend la population encore plus vulnérable en temps de crise. Face au stress de l’insécurité alimentaire ou d’une catastrophe, nombreuses sont les personnes forcées de s’adapter en vendant leurs biens ou retirerant leurs enfants de l’école. Les taux de déscolarisation ont augmenté depuis le début de la sécheresse, tout comme ceux liés à la violence liée au genre et aux mariages précoces. Avec les fréquentes menaces qui pèsent sur les ressources et les infrastructures, reconstruire devient de plus en plus compliqué et les besoins sont de plus en plus difficiles à combler.

Les groupes les plus vulnérables sont souvent laissés pour compte dans des régions à risque, car ces personnes ne peuvent pas se permettre ou n’ont pas les moyens de tout recommencer ailleurs à cause d’une manque d’information ou de transportation par exemple. Les impacts sont encore plus importants sur les populations âgées, les femmes enceintes, les personnes handicapées et les personnes issues de groupes minoritaires qui peuvent être confrontées à la discrimination ou à des obstacles physiques pour accéder à l'aide.

Réduire l’impact des catastrophes

« Les 200 victimes de cette année sont bien évidemment toutes de trop. Mais dans ce bilan, il y a malgré tout du positif. Ce chiffre est relativement faible par rapport à l’ampleur des catastrophes qu’a connues l’île. C’est le résultat d’une meilleure réduction des risques de catastrophes. »

Olivier Benquet, Directeur géographique à Handicap International

Lili Bazin ajoute : « Nous ne pouvons empêcher ni les vents violents, ni les fortes pluies. Mais nous pouvons prévenir les dangers que représentent ces phénomènes climatiques en prévoyant où ils vont frapper, en anticipant l’impact sur les vies et les moyens de subsistance, et en agissant en conséquence, à l’avance, pour préparer les communautés ».

Depuis de nombreuses années, Handicap International met sur pied des projets de réduction des risques de catastrophes dans le monde entier, en particulier à Madagascar. Pour mieux préparer les communautés à faire face aux chocs climatiques et aux phénomènes météorologiques, l’association renforce les structures locales, soutient les services éducatifs, sensibilise aux risques, met en place des systèmes d’alerte précoce et de surveillance. Elle aide aussi la population à rendre ses moyens de subsistance plus durables, entre autres initiatives.

L’anticipation pour plus d’inclusion

« Grâce aux techniques actuelles et aux prévisions météorologiques qu’elles permettent, nous sommes en mesure de prévoir l’arrivée d’un cyclone », précise Olivier Benquet. « Dans un tel cas, nous pouvons commencer à déplacer nos équipes vers les zones qui seront touchées, alerter les communautés, alerter la population et renforcer les structures. Nous savons que ces phénomènes sont inévitables. Il est donc essentiel que nous adaptions et développions nos efforts de réduction des risques pour répondre au changement climatique que nous vivons. »

En janvier 2022, Handicap International lançait un nouveau projet de réduction des risques de catastrophes sur trois ans, visant à mettre en place une action anticipée inclusive dans trois pays souvent touchés par des catastrophes naturelles : Madagascar, Haïti et les Philippines. Cette initiative s’appuie sur les sciences climatiques et météorologiques pour anticiper le possible impact dans des zones à risques, et mobilise les ressources nécessaires pour déployer un protocole d’action précoce et limiter les conséquences potentielles en amont. Dans le cadre de cette initiative, Handicap International va réaliser des études afin de mieux cerner les risques associés, cartographier les facteurs de vulnérabilité, renforcer les capacités de réponse des communautés, conduire des exercices de simulation et s’assurer de l’inclusion des populations marginalisés (personnes handicapées, personnes âgées, femmes, etc.).

À Madagascar uniquement, le projet cible près de 330 000 bénéficiaires. À Haïti, il touchera plus de 200 000 personnes, de même qu’aux Philippines.

« Nous serons toujours au soutien des communautés sinistrées. Mais au final, si nous pouvons les préparer en amont et ainsi limiter l’impact des catastrophes naturelles, ce serait mieux ! »

Lili Bazin, référente Réduction des risques de catastrophes à Handicap International

Publié le : 31 mars 2022
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Il n'y a plus de pluie, et nous en souffrons »
© Parany Photo / HI
Urgence

« Il n'y a plus de pluie, et nous en souffrons »

Alors qu'une sécheresse dévastatrice se poursuit dans le Sud de Madagascar, l'insécurité alimentaire augmente. Handicap International soutient les ménages vulnérables en leur fournissant une aide alimentaire.

Aider Raizy à retrouver sa vie
© Parany.Photo / HI
Réadaptation

Aider Raizy à retrouver sa vie

Un accident vasculaire cérébral a laissé Raizy paralysée et lui a fait perdre son indépendance. Handicap International utilise la réadaptation pour améliorer sa mobilité et adapter ses activités quotidiennes.

« Je veux aider les personnes qui comme moi sont en situation de handicap »
© Parany.photo / HI
Réadaptation

« Je veux aider les personnes qui comme moi sont en situation de handicap »

Membre précieux de l'équipe de Handicap International à Tuléar à Madagascar, Deriaz s'assure que les bénéficiaires de soins de réadaptation reçoivent le soutien dont ils ont besoin. Voici son témoignage.

*

(format: [email protected])

Je m'inscris