Goto main content
 
 

Séisme du 6 février : les besoins de réadaptation à long terme seront très élevés

Réadaptation Urgence
Syrie

Amir est le directeur d'un hôpital orthopédique et de reconstruction, partenaire de Handicap International dans la région d’Idlib, en Syrie, près de la frontière turque. Depuis le séisme du 6 février, ils ont reçu 680 blessés en 3 jours. Il raconte.

Dans les zones sinistrées, rares sont les immeubles qui ont résisté aux secousses, après les puissants séismes qui ont frappé le Nord-Ouest de la Syrie le 6 février 2023.

Immeubles détruits par le séisme en Syrie | © HI partner / HI

Près de 700 patients en 3 jours

Nous avons reçu 680 patients et réalisé 150 opérations chirurgicales au cours des trois derniers jours. L'ensemble des 150 membres du personnel est mobilisé depuis lundi pour faire face à l'urgence causée par le tremblement de terre.

L'hôpital est bondé de patients de tous âges : enfants, femmes, hommes... Ils souffrent tous du syndrome d'écrasement, d'amputation, de fractures, de muscles et de tissus endommagés et d'autres blessures causées par la chute de murs.

Nous travaillons de 4 heures du matin à minuit. Personnellement, je n'ai dormi que 10 heures en trois jours. 

Bannière pour faire un don d'urgence dans le cadre de l'urgence Séisme en Turquie et en Syrie du 6 février 2023

De nombreuses amputations

Hier, les équipes de secours ont dû amputer la jambe d'une jeune fille de 13 ans qui était restée coincée pendant 20 heures dans les décombres. Il était impossible de la sortir des décombres car elle était coincée sous un mur. Ils ont dû l'amputer sur place.

Tous les patients que nous avons traités depuis lundi auront besoin d'une rééducation à long terme, et certains d'entre eux auront besoin de prothèses ou d'orthèses.

Par exemple, nous avons beaucoup de patients avec un fixateur externe ; ils auront besoin d'un suivi et d'une rééducation à long terme afin d'éviter un handicap permanent. Les personnes ayant des tissus ou des muscles endommagés ou des fractures ouvertes sont très longues à soigner et le risque d'infection est très élevé. 

Les personnes en état de choc

Aujourd'hui, le nombre de cas a légèrement diminué car ils trouvent moins de personnes sous les décombres, mais nous recevons plus de patients d'autres villes et de zones rurales.

La plupart des gens sont en état de choc. Certains restent silencieux, lorsque vous leur parlez, ils sont incapables de répondre quoi que ce soit. Certains sont désorientés ou très stressés... 

Mes équipes sont également épuisées. J'ai une expérience des urgences de guerre, et un tremblement de terre est peut-être plus terrifiant qu'un raid aérien. Il dure plus longtemps. Un raid aérien et une explosion ne durent qu'une ou deux secondes, vous êtes mort ou vous êtes vivant. Le tremblement de terre de lundi a duré plus d'une minute. C'était vraiment effrayant.

Mon expérience de la guerre m'aide à faire face à la situation actuelle.


Voir notre page spéciale sur cette catastrophe "Urgence séisme en Turquie et en Syrie"

Publié le : 9 février 2023
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Sera-t-il possible de reprendre une vie normale ?
© HI partners / HI
Réadaptation Urgence

Sera-t-il possible de reprendre une vie normale ?

Elyas (nom d'emprunt) est membre de l'équipe de Handicap International dans le Nord-Ouest de la Syrie. Il a vécu le tremblement de terre du 6 février dernier et participe à la réponse d'urgence de l'association.

« Nous sommes ici pour écouter les gens »
© S. Aliwa / HI
Réadaptation Urgence

« Nous sommes ici pour écouter les gens »

Qu'est-ce que l’aide psychologique d’urgence ? Comment aider une personne en détresse ? Habib (nom d'emprunt), de l'équipe de soutien psychosocial de Handicap International, partage son expérience en Syrie après le séisme du 6 février.

Abd al-Rahman, 2 ans et demi : déplacé par la guerre, orphelin suite au séisme
© HI
Réadaptation Santé Urgence

Abd al-Rahman, 2 ans et demi : déplacé par la guerre, orphelin suite au séisme

Abd al-Rahman a perdu plusieurs proches lors du séisme du 6 février dernier. Grièvement blessé, il est toujours hospitalisé dans un établissement partenaire de Handicap International dans le Nord-Ouest de la Syrie.