Aller au contenu principal
 
 

Le Mozambique est officiellement libre de mines

Déminer les terres
Mozambique

Le Mozambique s’est déclaré libre de mines le 17 septembre 2015. Handicap International, qui a été l’un des principaux acteurs du déminage dans le pays, se réjouit pour la population, libérée d’un danger qui a fait des milliers de victimes et interdisait toute perspective de développement.

Les démineurs de Handicap International au Mozambique, dont Benvida, peuvent être fiers du travail accompli, qui a contribué à libérer le pays du fléau des mines.

© J-J. Bernard / Handicap International

Handicap International a été un acteur clé de l’action contre les mines au Mozambique depuis ses premières opérations de déminage en 1998. En 17 ans d’activités, l’organisation a déminé plus de 16 millions de mètres carrés de terres, a neutralisé 6 000 mines antipersonnel et 5 000 restes explosifs de guerre grâce à un dispositif de déminage associant hommes, chiens et machines.

« C’est une victoire pour toute la population du Mozambique. Maintenant, un enfant peut aller jouer dehors, un paysan peut cultiver son champ, un village peut envisager des projets de développement sans craindre l’explosion d’une mine », explique Grégory Le Blanc, chef de mission de Handicap International au Mozambique. « Le pays devra cependant continuer à aider les victimes, car "libre de mines" ne veut pas dire que les victimes de ces armes barbares ont disparu. » Comme le stipule le Traité d’Ottawa, le Mozambique doit continuer à aider les milliers de survivants des mines. Les activités de réadaptation, de suivi orthopédique, d’insertion sociale et professionnelle… resteront nécessaires pendant de nombreuses années. 

« La communauté internationale doit également rester mobilisée dans son combat contre les mines », ajoute Grégory Le Blanc. « Même s’il est en passe d’être gagné, le financement du déminage, de l’aide aux victimes, de l’éducation aux risques reste grandement nécessaire. L’exemple du Mozambique, son engagement pendant des dizaines d’années, montre que la victoire contre les mines antipersonnel est possible. C’est un signe d’espoir envoyé à tous les pays qui doivent faire face à ce fléau. »

Il aura fallu plus de 20 ans de travail acharné de l’ensemble des acteurs du déminage pour éradiquer la présence des mines au Mozambique. Ravagé par 25 ans de guerre d’indépendance (1965-1975) et de guerre civile (1977-1992), le pays figurait parmi les plus minés au monde avec l’Angola, l’Afghanistan et le Cambodge.

Publié le : 17 septembre 2015
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rahmat, 9 ans : « Plus tard, je veux être institutrice »
© S. Roche / HI
Inclusion

Rahmat, 9 ans : « Plus tard, je veux être institutrice »

Rahmat adore l’école. Grâce à Handicap International, elle reçoit un accompagnement adapté à son handicap.

HI aide Shelcia à vivre sa passion pour l’école
© S. Roche / HI
Inclusion

HI aide Shelcia à vivre sa passion pour l’école

Joyeuse et très intelligente, Shelcia adore aller à l’école et jouer avec ses meilleures amies. Elle rêve de devenir médecin.

Hilário, le prof de sport qui fait bouger les lignes
© S. Roche / HI
Inclusion

Hilário, le prof de sport qui fait bouger les lignes

Hilário est professeur de sport à l’école Benfica Nova, au Mozambique. Malvoyant, il a bénéficié d’une formation de Handicap International pour mener de nombreuses activités scolaires inclusives et changer le regard sur le handicap.

*

(format: [email protected])

Je m'inscris