Goto main content
 
 

11 ans de conflit syrien : le déminage et la reconstruction prendront plusieurs générations

Mines et autres armes Secourir les déplacés/réfugiés
Egypte Irak Jordanie Liban

11 ans après le début du conflit en Syrie, la crise humanitaire ne fait que s'aggraver. Les besoins sont immenses et l'accès aux victimes reste un défi majeur. Handicap International concentre son action auprès des réfugiés en Jordanie, au Liban, en Irak et en Égypte.

Ville syrienne en partie détruite par les bombardements

Ville syrienne en partie détruite par les bombardements | © HI

Même lorsque le conflit aura pris fin, la reconstruction de la Syrie prendra plusieurs générations : le niveau de destruction des infrastructures, la contamination par les engins explosifs à un niveau sans précédent dans l'histoire du déminage et l'ampleur des déplacements de population génèreront des défis énormes à relever. Ce conflit est l’exemple flagrant des conséquences humanitaires à long terme de l'utilisation des armes explosives en zones densément peuplées. Pour éviter que de telles situations se renouvellent, les États doivent soutenir l’accord international contre les bombardements urbains, actuellement en cours de négociation.

Après onze années de guerre, les bombardements et les tirs d'obus incessants en zones peuplées ont eu des conséquences humanitaires effroyables. Aujourd’hui, les morts, les blessés et les familles déchirées se comptent par dizaines de milliers, avec leur lot de traumatismes psychologiques, de déplacements forcés et une pauvreté qui ne cesse de s'aggraver. La destruction d'infrastructures essentielles comme les hôpitaux, les écoles ou les ponts, ont des conséquences dramatiques. Handicap International travaille aux côtés des Syriens qui ont tout perdu et se sont réfugiés en Jordanie, au Liban, en Irak et en Égypte, afin de leur fournir une aide humanitaire essentielle à leur survie.

11,5 millions de personnes menacées par les engins explosifs

Les grandes villes syriennes comme Raqqa, Alep et Homs ont été largement détruites par l'utilisation massive et intense d'armes explosives. La ville de Raqqa a été rasée à 80 % en 2017. Les bombardements et les pilonnages massifs et continus ont privé des millions de personnes de leur logement et les ont forcées à fuir.

Ville de Raqqa en Syrie, détruite à 80 % par les bombardements

Ville de Raqqa en Syrie, presque entièrement détruite par les bombardements © HI

Le niveau de contamination en Syrie est sans précédent dans toute l'histoire du déminage. La présence d’engins non explosés (UXO), c'est-à-dire des bombes, roquettes et mortiers qui n'ont pas explosé à l'impact pour cause de dysfonctionnement, et d'autres engins explosifs sciemment posés, tels que des mines antipersonnel et des pièges explosifs, est si intense qu'il faudra plusieurs générations pour rendre la Syrie sûre. 11,5 millions de personnes vivent actuellement dans des zones contaminées par des risques explosifs.

Cette contamination par les restes explosifs de guerre est l'un des principaux obstacles empêchant le retour en toute sécurité des réfugiés et des personnes déplacées en Syrie. Elle constituera également plus tard un obstacle au relèvement du pays, de son économie et de son tissu social. La reconstruction des villes et des infrastructures syriennes nécessitera des opérations de déminage longues, complexes et coûteuses.

« Après 11 ans de conflit, la crise humanitaire en Syrie ne fait qu'empirer. L'une des principales raisons de ce désastre est le bombardement et le pilonnage massif et systématique des zones urbaines. Alors que nous sommes à quelques mois d'un accord international historique contre les bombardements en zones peuplées, les États doivent reconnaître les souffrances humaines causées par l'utilisation des armes explosives en zones peuplées et leurs effets à long terme. Ils doivent exiger et soutenir un accord international fort pour remédier aux dommages causés par cette pratique intolérable. »

Anne Héry, Directrice du Plaidoyer à Handicap International

14 millions de Syriens ont besoin d’aide humanitaire

14 millions de personnes en Syrie ont besoin d'une aide humanitaire, un chiffre en augmentation de 20 % par rapport à l'année dernière. Garantir l'accès aux services de base (santé, nourriture, eau potable, abris, etc.) reste une priorité absolue.

6,7 millions de personnes sont déplacées à l'intérieur du pays – dont beaucoup plusieurs fois – ce qui constitue la plus grande vague de déplacés internes au monde. 30 % de la population âgée de plus de 12 ans est handicapée. 5,7 millions de Syriens sont réfugiés dans les pays voisins et dépendent fortement de l'aide humanitaire.

Une crise économique aiguë et la pandémie de Covid viennent aggraver une situation déjà désastreuse. Les organisations humanitaires peinent à accéder à toutes les communautés dans le besoin et sont confrontés à des risques de sécurité croissants : en 2021, 42 attaques contre des travailleurs humanitaires ont été enregistrées ; plus d'un tiers d’entre eux ont été tués. En décembre 2021, près de 200 000 cas de Covid ont été enregistrés et 6 666 décès dus à la pandémie ont été recensés, les chiffres réels étant sans doute beaucoup plus élevés. Les infrastructures médicales ayant été détruites par les bombardements, les services de santé sont incapables de faire face à cette crise sanitaire supplémentaire. Seule la moitié des hôpitaux et des centres de santé primaires de Syrie sont pleinement opérationnels.


L’action de Handicap International auprès des réfugiés syriens

Les équipes de Handicap International accompagnent les réfugiés syriens en Jordanie, au Liban, en Irak et en Égypte. Leurs actions portent notamment sur la réadaptation physique des blessés (kinésithérapie, appareillage), la réponse aux besoins spécifiques des plus vulnérables, comme les personnes handicapées et les personnes âgées, le soutien psychosocial et l'aide à l'insertion scolaire ou socioéconomique.

Publié le : 14 mars 2022
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Laos : 50 ans après, le triste héritage de la guerre du Vietnam
© Tim Dirven - Panos
Mines et autres armes

Laos : 50 ans après, le triste héritage de la guerre du Vietnam

50 ans après les Accords de Paris du 27 janvier 1973, l’héritage des bombardements massifs lors de la guerre du Vietnam est bien tangible. Le Laos voisin a été particulièrement touché, alors même qu’il n’était pas partie au conflit. Le pays est aujourd’hui considéré comme l’un des plus pollués au monde par les armes à sous-munitions.

25 ans du Traité d’Ottawa : la lutte contre les mines est loin d’être terminée
© ICBL
Mines et autres armes

25 ans du Traité d’Ottawa : la lutte contre les mines est loin d’être terminée

Il y a 25 ans, la signature du Traité d'interdiction des mines antipersonnel – dit Traité d'Ottawa – a marqué une victoire diplomatique et de la société civile sans précédent. Mais depuis 2014, les mines ont fait leur réapparition dans les conflits, avec une augmentation conséquente du nombre de victimes.

À Raqqa, la contamination par engins explosifs est d'une ampleur inédite
© HI
Mines et autres armes

À Raqqa, la contamination par engins explosifs est d'une ampleur inédite

Dans le Nord de la Syrie, Handicap International mène depuis 2018 des opérations de déminage et de dépollution à Raqqa et dans ses environs. 25 experts en déminage sont à pied d'œuvre.