Goto main content
 
 

Tensions à Gaza : éviter de nouveaux blessés avec des risques d’invalidité

Réadaptation Santé Urgence
Palestine

À quelques jours de l’anniversaire de la Grande Marche pour le retour, le 30 mars, Handicap International s’inquiète du regain de tension à Gaza ces dernières semaines. De nouvelles violences pourraient engendrer un flot de blessés, alors que les services chirurgicaux et de rééducation sont déjà débordés. L'association appelle toute les parties à la modération et à éviter des violences qui auraient des conséquences désastreuses pour la population civile.

Un kinésithérapeuthe de HI auprès d'un patient

Un kinésithérapeuthe de HI auprès d'un patient | © Oriane Van De Broeck / HI

Nombre vertigineux de blessés

Depuis mars 2018, 266 personnes ont été tuées et près de 30 000 blessées lors des manifestations (chiffres OMS). Parmi elles, plus de 6 500 personnes ont été blessées à balles réelles. 91 % d'entre elles ont des blessures aux membres.

Bruno Leclercq, chef de mission pour Handicap International (HI) en Palestine :

« Nous soignons beaucoup de personnes blessées à la jambe par des balles explosives et pour lesquelles la rééducation sera très longue ; elle peut durer plusieurs années. Ces blessures provoquent une invalidité temporaire, voire permanente. Cela a des graves conséquences sociales et professionnelles pour ces personnes qui ne peuvent plus travailler et dépendent de leur entourage pour se déplacer, sortir, etc. Elles doivent réapprendre à vivre avec cette perte de mobilité. Beaucoup d’entre elles font une dépression et nous devons également les soutenir sur le plan psychologique. En un an, le rythme des prises en charge n’a pas baissé ; tous les services médicaux confondus à Gaza sont surchargés par les besoins. »

Plus de 2 000 personnes soignées par HI

Depuis avril 2018, Handicap International et ses partenaires locaux ont délivré des soins de rééducation à plus de 2 000 personnes et leurs aidants grâce à 10 équipes composées de kinésithérapeutes, d'ergothérapeutes, d'infirmières, de psychologues et de travailleurs sociaux. En tout, plus de 55 personnes sont engagées sur le terrain au quotidien. L'association prévoit un renforcement de ses équipes dans les prochaines semaines pour accentuer la couverture des personnes blessées et anticiper de nouvelles victimes.

Publié le : 27 mars 2019
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le rêve de Forida devenu réalité : ses deux filles jouent avec les autres enfants
© F. Kabir / HI
Réadaptation Santé

Le rêve de Forida devenu réalité : ses deux filles jouent avec les autres enfants

Mère de famille Rohingya réfugiée au Bangladesh, Forida peut compter sur le soutien de Handicap International pour accompagner ses deux filles handicapées vers plus d’autonomie.

« Voir les enfants que j'aide aller à l'école et réussir est très inspirant »
© A. Thapa / HI
Réadaptation

« Voir les enfants que j'aide aller à l'école et réussir est très inspirant »

Ambika Sharma travaille en tant qu’orthoprothésiste depuis plus de dix ans. Elle nous explique à quoi ressemble sa vie et son quotidien professionnel au Népal.

Rien ne peut arrêter Prabin !
© A. Thapa / HI
Inclusion Réadaptation

Rien ne peut arrêter Prabin !

Prabin, 6 ans, est né avec une partie de sa jambe droite non développée. Handicap International l'a rencontré il y a cinq ans au centre de réadaptation de Biratnagar, au Népal. Depuis, il a réalisé d'énormes progrès.