Goto main content
 
 

« Le Traité d’Ottawa est crucial pour nos opérations de déminage au Liban »

Déminer les terres
Liban

Roger Eid est responsable des opérations de déminage de Handicap International au Liban. Il nous explique l’importance de ces actions indispensables et comment elles sont réalisées.

Équipe de démineurs de Handicap International au Liban se préparant à partir en mission

Équipe de démineurs de Handicap International au Liban | © HI

Handicap International mène des opérations de déminage au Liban, notamment dans le gouvernorat du Mont-Liban. Responsable des opérations dans le pays, Roger Eid en explique les enjeux.

Quels sont les objectifs du déminage au Liban ?

Roger Eid : Déminer des terres polluées par des restes explosifs de guerre permet d’améliorer l’accès à des terres et des infrastructures sûres pour les communautés affectées par la guerre civile (1975-1990).

En complément de la dépollution des terres, Handicap International réalise des sessions d’éducation aux risques de restes explosifs de guerre à Arsal dans le gouvernorat de Baalbeck Hermel. Elles font la promotion de comportements sûrs pour réduire les risques en sensibilisant les communautés ciblées. En tout, à Arsal, plus de 200 sessions de sensibilisation ont bénéficié à 1 700 personnes.

Quelle est la journée type d’un démineur ?

Chaque démineur se réveille très tôt, à 4h00 du matin, afin d’éviter de travailler sous la chaleur. Les équipes arrivent à 6h30 à la base d’Aley et récupèrent l’équipement et les outils nécessaires.

Le superviseur du site et le chef d’équipe briefent les démineurs sur les objectifs et la sécurité. Les démineurs peuvent alors commencer à travailler, vêtus d’un équipement de protection, d’un détecteur de mines, d’une pelle, etc. La durée de chaque intervention est de 50 minutes par démineur. La journée s’arrête après 6 à 7 roulements par démineur. L’équipe range les outils et l'équipement puis retourne à la base avant de rentrer à la maison.

Les démineurs commencent à tester l’utilisation des drones pour localiser les restes explosifs de guerre dans les districts d'Aaqoura et d'Aley. Cette technique est efficace pour collecter des informations visuelles d'une zone dangereuse et rechercher rapidement des signes de restes explosifs de guerre. L’utilisation des drones peut accélérer la remise à disposition des terres

Où les opérations de déminage ont-t-elles lieu ?

En ce moment, l’équipe de déminage intervient au Mont-Liban, dans le district d'Aley. Notre équipe est composée de 12 personnes dont 7 démineurs. Les villages de Bsatine, Btater et Chartoune sont en train d’être déminés. Par exemple, la zone de déminage à Chartoune se trouve à 80 mètres de la maison la plus proche, une ferme se trouve également à 75 mètres. La zone polluée est une terre agricole, sur laquelle étaient plantés des oliviers, des arbres fruitiers et des pins. 5 mines ont été trouvées à ce jour et détruites sur place.

La zone à déminer est sélectionnée en coordination avec le Centre d'action contre les mines du Liban qui a mis en place un "Système de priorisation du déminage".

Combien de mètres carrés de terres ont été déminés depuis le début des opérations par HI ?

L’équipe de déminage de Handicap International au Liban a dépollué presque 1 million de mètres carrés (en dix ans d’opérations) dont 10 500 m² depuis janvier 2022. En tout, 6 145 engins explosifs ont été sécurisés.

Au total, les opérations ont permis de libérer de l'impact des mines et des restes explosifs de guerre 56 villages dans les districts de Batroun, Koura et Bcharre où 192 champs de mines ont été nettoyés et les terres rendues à la communauté. Les réserves naturelles du Cèdre ont également été dépolluées à Niha, Tannourine et Hadath El Jebbeh.

Les bénéficiaires directs des terres déminées sont les agriculteurs et les paysans qui utilisent des champs pour travailler. Les bénéficiaires indirects sont la communauté vivant dans chaque village où se trouvent les terres libérées, l'école, etc.

Existe-t-il une estimation de l'étendue de la contamination au Liban ?

Le pays compte encore plus de 18 kilomètres carrés de zones minées confirmées, y compris le long de la Ligne bleue dans le Sud.

Le Traité d'Ottawa* est-il crucial pour les opérations de déminage au Liban ?

Tout à fait. Le Liban n’est pas membre du Traité d’Ottawa qui interdit les mines antipersonnel et oblige à la décontamination des zones minées. Mais il nous donne une légitimité et la motivation nécessaires pour poursuivre notre mission dans ce pays. Le Traité d’Ottawa est devenu une norme internationale ; il a été rejoint par 164 États. Il a une énorme influence au Liban. Il nous met au défi d'étendre nos opérations à de nouvelles zones et d'accélérer les activités de déminage en testant de nouvelles approches innovantes comme les enquêtes par drone.

Quels sont les futurs projets après le déminage de ces terres ?

Handicap International prévoit d'augmenter le nombre de ses équipes à au moins deux dans chaque district où elle interviendra, afin de poursuivre son engagement dans le déminage des mines terrestres et des armes à sous-munitions. L'association se concentrera sur les zones prioritaires du gouvernorat du Mont-Liban, tels que les districts d'El Matn et du Chouf. Ces districts ont été gravement touchés par la guerre de 1975 et sont contaminés par de nombreux types de restes explosifs de guerre dont des mines antipersonnel et des bombes à sous-munitions.


* Signé en 1997, le Traité d'Ottawa est entré en vigueur en 1999 et interdit l'acquisition, la production, le stockage et l'utilisation des mines antipersonnel.

Publié le : 27 septembre 2022
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

La vie d'Amina a complètement changé depuis l'explosion qui a secoué Beyrouth le 4 août 2020
© Kate Holt / HI
Réadaptation Santé

La vie d'Amina a complètement changé depuis l'explosion qui a secoué Beyrouth le 4 août 2020

Amina a été victime de l'explosion qui a secoué Beyrouth le 4 août 2020. Deux ans plus tard, la crise économique du pays vient s'ajouter à ses difficultés.

HI accompagne Ahmad, un enfant handicapé au Liban
© HI
Inclusion Réadaptation

HI accompagne Ahmad, un enfant handicapé au Liban

Ahmad a 10 ans. Il est né épileptique et handicapé moteur cérébral. Handicap International lui fournit des services de réadaptation et soutient son inclusion à l’école.

Éducation inclusive : pour Imane, plus rien n’est impossible
© HI
Inclusion

Éducation inclusive : pour Imane, plus rien n’est impossible

Imane a 7 ans et est malentendante. Sa famille a fui la guerre en Syrie en 2018 et s’est réfugiée à Beyrouth au Liban. Handicap International lui vient en aide.