Goto main content
 
 

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques

Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre
Tchad

De nombreux restes explosifs de guerre, hérités de dizaines d'années de conflits armés, polluent encore la région du Lac Tchad. Handicap International protège la population de ces restes explosifs grâce au marquage des zones dangereuses et à des séances d’éducation aux risques.

Un agent communautaire de HI anime une séance d'éducation aux risques pour les enfants d’une école de la région du Lac au Tchad

© Benoit Almeras / HI

Enseigner les bons automatismes

Dans la Région du Lac, à Baga Sola et Liwa, une petite équipe Handicap International (HI) de deux personnes se charge de sensibiliser la population. Les séances se déroulent dehors à l’ombre, devant la mosquée ou dans les écoles : par petits groupes de 25 personnes, le staff HI explique grâce à des planches d’illustrations ce que sont les restes explosifs de guerre, leurs effets et les comportements à adopter pour éviter les accidents. 6 000 personnes ont été sensibilisées au cours du premier trimestre 2018, dont la majorité sont des déplacés ayant fui les violences de Boko Haram.

Marquer la présence des restes explosifs

Lorsqu’un reste explosif est trouvé, sa présence est signalée pour alerter la population. MAG[1], une organisation partenaire, intervient pour la dépollution, c'est-à-dire l'extraction et la neutralisation de l'engin explosif.

L’équipe de HI revient régulièrement sur les lieux où ont été identifiés des restes explosifs pour vérifier plusieurs choses : est-ce que le reste explosif est toujours visible ? Est-ce que le sable ne l’a pas recouvert ? Le marquage est-il toujours en place ?...

Engins explosifs improvisés

Il n’est pas rare que des marquages aient disparu, enfouis par le sable, réutilisés par la population locale (un panneau en bois sert à faire du feu pour la cuisine…) ou même que des restes de bombes aient été récupérés par Boko Haram pour en faire des engins explosifs improvisés…

Ainsi, l’éducation aux risques et le marquage des terres polluées vont de pair. Grâce à HI, la population sensibilisée sera davantage vigilante et se tiendra à l’écart des restes explosifs signalés par HI. Les accidents seront ainsi réduits en attendant le déminage de la zone. HI se mobilisera en fin d’année pour la dépollution des terres dans le Nord du Tchad aux côtés d’organisations partenaires.


[1] Mines Advisory Group.

Publié le : 14 août 2018
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Tchad : Hawa retourne à l’école !
© S. Bohan-Jacquot / HI
Inclusion Réadaptation

Tchad : Hawa retourne à l’école !

Hawa a 14 ans et vit avec sa famille dans le camp de déplacés de Fourkoulom au Tchad, après avoir fui les violences armées. Née sans pied gauche, elle retourne à l’école avec une prothèse fournie par Handicap International.

Fatime, 11 ans : « Je n’étais jamais allée à l’école »
© HI
Inclusion

Fatime, 11 ans : « Je n’étais jamais allée à l’école »

Dans la province du Lac, au Tchad, l’insécurité empêche des milliers d’enfants d’aller à l’école. Handicap International améliore leur protection et leur accès à l’éducation.

Wilfreed réalise son rêve
© HI
Réadaptation

Wilfreed réalise son rêve

Natoyallah Djimingaye, dit Wilfreed, a 28 ans et est kinésithérapeute. Depuis octobre 2021, il est chargé de réadaptation au Tchad pour Handicap International.