Goto main content
 
 

Le suivi spécifique des blessés est primordial

Appareiller et rééduquer Secourir les victimes
Népal

Le séisme au Népal a provoqué de nombreuses fractures et blessures de la moelle épinière. L’expertise des équipes de Handicap International sur place permettra de limiter au maximum les séquelles invalidantes.

Les kinésithérapeutes de Handicap International auprès de Ramita, 13 ans, et de sa soeur Mangali, 15 ans. Leurs blessures ont été bien prises en charge et l'association va leur fournir des béquilles.

© B. Blondel / Handicap International

Les équipes de Handicap International à Katmandou ont dressé un premier constat sur les types de blessures dues au séisme du 25 avril dernier. Si cela ne présente qu’une réalité parcellaire (personnes identifiées et prises en charge par Handicap International dans 4 hôpitaux) ne tenant pas compte de la situation dans les zones moins accessibles du Népal, cela donne cependant des éléments sur les besoins de réadaptation des blessés dans quatre grands hôpitaux (Baktapur, Bir, Patan et Tuth) de la capitale népalaise. Plus de 65 % des blessures sont liées à des fractures et environ 12 % des blessures concernent la moelle épinière. Handicap International a également constaté une augmentation du nombre d’amputations.

« Nous avons une préoccupation particulière pour que les blessures de la moelle épinière ne soient pas négligées. Nous travaillons dans quatre grands hôpitaux de la vallée de Katmandou, nous nous assurons que les personnes qui quittent ces hôpitaux vont pouvoir bénéficier des soins et de l’équipement nécessaires. »
Sarah Blin, directrice de Handicap International au Népal

L’association a également commencé à renforcer la prise en charge des blessés dans les zones proches de l’épicentre, notamment dans le district de Nuwakot. 

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, le Népal va manquer de personnels formés pour prendre en charge les blessés en termes de soins post-traumatiques. Handicap International agit depuis 15 ans dans le pays, où son équipe locale soutient cinq centres de réadaptation et travaille en réseau avec l’ensemble du secteur de la réadaptation du pays. Mais l’augmentation du nombre de blessés suite au tremblement de terre implique de déployer davantage de personnels en renforts pour venir encadrer les professionnels présents sur place afin qu’ils maîtrisent le cadre spécifique de la réadaptation d’urgence

Dans le cas d’un séisme tel que celui qui a frappé le Népal, les blessés souffrant de traumatismes comme des écrasements, des fractures, mais aussi des blessures de la moelle épinière, générés par l’effondrement des bâtiments, doivent donc bénéficier d’une prise en charge spécifique. Les kinésithérapeutes et ergothérapeutes de Handicap International doivent prodiguer des soins postopératoires et prendre le relais des chirurgiens dans les hôpitaux en assurant le suivi des personnes blessées afin de limiter au maximum les séquelles invalidantes.

Publié le : 6 mai 2015
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Kabita exerce le métier de ses rêves
© G. Bhujel / HI
Inclusion

Kabita exerce le métier de ses rêves

Kabita, 21 ans, vit à Banke dans l’Ouest du Népal. Plus jeune, elle a été victime d'un accident de la route dont elle a gardé un handicap physique. Aujourd'hui, la jeune femme est une conductrice de rickshaw prospère.

Sundari, 11 ans : « Je veux devenir médecin »
© P. Gairapipli / HI
Inclusion

Sundari, 11 ans : « Je veux devenir médecin »

Sundari a un handicap intellectuel. Grâce à l'équipe de Handicap International au Népal, elle est inscrite dans une classe adaptée à son handicap et aime l'école.

Népal : Sandip, un modèle de détermination !
© Pralhad Gairapipli / HI
Inclusion Réadaptation

Népal : Sandip, un modèle de détermination !

Après avoir perdu une jambe dans un accident, Sandip a reçu une prothèse grâce au soutien de Handicap International et ses partenaires au Népal. Cet adolescent courageux se prépare à affronter les nombreux défis qui l’attendent.

*

(format: [email protected])

Je m'inscris