Goto main content
 
 

Chue Por, victime d'une mine à 18 ans

Mines et autres armes
Laos

Chue Por a survécu à l’explosion d’une mine antipersonnel. Amputé d’un bras, il retrouve sa mobilité grâce au soutien de Handicap International.

Portrait de Chue Por Vang au Laos

© Natalia Lozano / HI

À l’âge de 18 ans, Chue Por pêche avec des amis. Il remonte de l’eau une mine antipersonnel qui lui explose dans la main.

Les conséquences de son accident

L’accident a lieu en janvier 2007 dans le village de Houayhou, province de Houaphan, dans le Nord-est du Laos. Il précipite la famille de Chue Por dans la pauvreté car elle doit vendre tout son bétail et emprunter de l’argent à ses voisins pour lui sauver la vie. À l’hôpital, les médecins l’amputent du bras gauche.

Chue Por a abandonné ses études car il se sentait trop dépendant et différent de ses amis. Il ne peut plus travailler à la ferme de ses parents, ni trouver un autre travail pour subvenir aux besoins de la famille. 

Réadaptation et formation

Handicap International identifie Chue Por en 2019. L’association l’oriente vers un centre de réadaptation où il est équipé d’une prothèse.

« Grâce à Handicap International, je reçois de l’aide sur le plan physique et psychologique. »

Chue Por

Chue Por reçoit également une formation en santé mentale pour devenir bénévole dans son village et soutenir les personnes souffrant de maladies mentales. Grâce à cette formation, il participe aux activités de Handicap International pour favoriser l'inclusion de ces personnes dans sa communauté. Aujourd’hui, Chue Por cultive du riz et des haricots pour les vendre.

Chue Por reprend goût à la vie

« Aujourd'hui, je vois clairement les changements positifs dans ma vie : je suis heureux d'être avec ma famille et de m'occuper de mon bétail. »

Chue PoChue Por participe même à des campagnes de sensibilisation à la Convention sur les armes à sous-munitions, au Traité d'interdiction des mines antipersonnel et autres cadres internationaux visant à prévenir les accidents par restes explosifs de guerres.

Publié le : 8 août 2022
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Laos : 50 ans après, le triste héritage de la guerre du Vietnam
© Tim Dirven - Panos
Mines et autres armes

Laos : 50 ans après, le triste héritage de la guerre du Vietnam

50 ans après les Accords de Paris du 27 janvier 1973, l’héritage des bombardements massifs lors de la guerre du Vietnam est bien tangible. Le Laos voisin a été particulièrement touché, alors même qu’il n’était pas partie au conflit. Le pays est aujourd’hui considéré comme l’un des plus pollués au monde par les armes à sous-munitions.

25 ans du Traité d’Ottawa : la lutte contre les mines est loin d’être terminée
© ICBL
Mines et autres armes

25 ans du Traité d’Ottawa : la lutte contre les mines est loin d’être terminée

Il y a 25 ans, la signature du Traité d'interdiction des mines antipersonnel – dit Traité d'Ottawa – a marqué une victoire diplomatique et de la société civile sans précédent. Mais depuis 2014, les mines ont fait leur réapparition dans les conflits, avec une augmentation conséquente du nombre de victimes.

À Raqqa, la contamination par engins explosifs est d'une ampleur inédite
© HI
Mines et autres armes

À Raqqa, la contamination par engins explosifs est d'une ampleur inédite

Dans le Nord de la Syrie, Handicap International mène depuis 2018 des opérations de déminage et de dépollution à Raqqa et dans ses environs. 25 experts en déminage sont à pied d'œuvre.