Goto main content
 
 

Afghanistan : HI évalue les besoins en réadaptation physique et santé mentale

Réadaptation Santé Urgence
Afghanistan

Plus de 1 000 personnes ont été tuées par un tremblement de terre de magnitude 5,9 dans la nuit du 21 au 22 juin dans l'Est de l'Afghanistan. Handicap International est sur place pour évaluer les besoins.

Prothèses fabriquées dans le centre de réadaptation de Handicap International à Kandahar en Afghanistan (photo d'archive)

Prothèses fabriquées dans le centre de réadaptation de Handicap International à Kandahar en Afghanistan (photo d'archive) | © T. Mayer / HI

Évaluation des besoins

Handicap International envoie une équipe de spécialistes de la réadaptation et de l'urgence pour évaluer les besoins des travailleurs médicaux et des agents de santé communautaires qui s'occupent des survivants en soins psychologiques d’urgence des agents de santé. L'association évalue également les besoins en soutien psychosocial des familles et des personnes touchées par le tremblement de terre.

Handicap International évaluera également la situation de 1 500 personnes blessées par le tremblement de terre et coordonnera avec d'autres organisations la fourniture de matériel de réadaptation physique et d'aide d'urgence. L’association analysera les besoins d'orientation vers les centres de réadaptation disponibles de la région pour la fourniture de prothèses et d'orthèses.

Un nombre croissant de personnes décédées

Plus de 1 000 personnes ont été tuées lors du tremblement de terre de magnitude 5,9 qui a frappé l'Est de l'Afghanistan dans la nuit du 21 au 22 juin dernier. La majorité des victimes sont des habitants de la province de Paktika, dans les districts de Giyan, de Nika, de Barmal et de Zirok, selon le ministère d'État chargé de la Gestion des catastrophes. 1 500 personnes ont également été blessées. De nombreuses répliques ont été ressenties ces derniers jours, créant la peur et la panique au sein de la population locale.

Les besoins en abris sont considérables, de nombreuses maisons ayant été endommagées ou détruites. Les infrastructures communautaires ont également été endommagées, limitant sérieusement l'accès à l'eau et créant un risque élevé de maladies transmises par l’eau. L'Organisation mondiale de la santé a exprimé ses craintes quant à une éventuelle épidémie de choléra.

Publié le : 29 juin 2022
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le rêve de Forida devenu réalité : ses deux filles jouent avec les autres enfants
© F. Kabir / HI
Réadaptation Santé

Le rêve de Forida devenu réalité : ses deux filles jouent avec les autres enfants

Mère de famille Rohingya réfugiée au Bangladesh, Forida peut compter sur le soutien de Handicap International pour accompagner ses deux filles handicapées vers plus d’autonomie.

« Voir les enfants que j'aide aller à l'école et réussir est très inspirant »
© A. Thapa / HI
Réadaptation

« Voir les enfants que j'aide aller à l'école et réussir est très inspirant »

Ambika Sharma travaille en tant qu’orthoprothésiste depuis plus de dix ans. Elle nous explique à quoi ressemble sa vie et son quotidien professionnel au Népal.

Rien ne peut arrêter Prabin !
© A. Thapa / HI
Inclusion Réadaptation

Rien ne peut arrêter Prabin !

Prabin, 6 ans, est né avec une partie de sa jambe droite non développée. Handicap International l'a rencontré il y a cinq ans au centre de réadaptation de Biratnagar, au Népal. Depuis, il a réalisé d'énormes progrès.