Goto main content
 
 

Covid-19 : protéger les populations vulnérables en Thaïlande

Prévention Réadaptation
Thaïlande

Nipaporn Deang-Ro, kinésithérapeute de Handicap International, dispense des soins de réadaptation dans les camps de réfugiés. Il raconte comment l’association s’est adaptée à la pandémie de Covid-19.

Le personnel du camp de Nipo Camp en Thaïlande applique les gestes barrières pour se protéger du Covid-19 au travail - Handicap International

Le personnel du camp de Nipo Camp applique les gestes barrières pour se protéger du Covid-19 au travail | © HI

La crainte d’être contaminé

« Entre mars et mai, le nombre de nouveaux cas et de décès augmentait régulièrement. Cela a beaucoup angoissé la population, chacun ayant peur pour sa propre vie.

Grâce au matériel de protection, les personnels de Handicap International peuvent continuer les séances de kinésithérapie dans les camps de réfugiés. Après plusieurs semaines de confinement, j’ai pu reprendre les visites dans les camps : nous avons reçu des masques, du gel hydro-alcoolique, des gants et des kits d'hygiène pour nous protéger. Nous avons également été formés à la maladie et la façon d’adapter nos opérations et notre comportement pour lutter contre sa propagation : lors de chaque visite, par exemple, nous prenons la température du patient et recueillons des informations pour guetter le moindre signe de fièvre.

Reprise des séances de réadaptation

Mes patients avaient vraiment besoin de reprendre les séances de kinésithérapie, en particulier les convalescents d'accident vasculaire cérébral ou de maladie. Mon travail quotidien implique d’être en contact avec le corps des patients, de discuter avec eux pour les encourager. Avec le matériel de protection, j’ai pu reprendre les séances presque normalement.

Distribuer du matériel de protection

Nous avons entrepris de distribuer aux réfugiés des masques, des savons et des affiches d’information sur le Covid-19. Nous avons également mis en place des formations à la couture de masques en tissu : les couturiers en ont déjà fabriqué plus de 4 000 pour les distribuer à la population. »

Publié le : 25 août 2020
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Voir les enfants que j'aide aller à l'école et réussir est très inspirant »
© A. Thapa / HI
Réadaptation

« Voir les enfants que j'aide aller à l'école et réussir est très inspirant »

Ambika Sharma travaille en tant qu’orthoprothésiste depuis plus de dix ans. Elle nous explique à quoi ressemble sa vie et son quotidien professionnel au Népal.

Rien ne peut arrêter Prabin !
© A. Thapa / HI
Inclusion Réadaptation

Rien ne peut arrêter Prabin !

Prabin, 6 ans, est né avec une partie de sa jambe droite non développée. Handicap International l'a rencontré il y a cinq ans au centre de réadaptation de Biratnagar, au Népal. Depuis, il a réalisé d'énormes progrès.

Milagros, 3 ans, déterminée à devenir plus autonome
© J-M. Vargas / HI
Réadaptation

Milagros, 3 ans, déterminée à devenir plus autonome

En Colombie, Handicap International soutient les migrants vénézuéliens comme la petite Milagros, 3 ans. L’organisation l’accompagne à travers des exercices de réadaptation pour la rendre plus autonome.