Goto main content
 
 

1,8 million m² de terres libérées des mines depuis 2016 par Handicap International en Irak

Mines et autres armes
Irak

Handicap International mène depuis 2016 des opérations de déminage en Irak. Les experts de l'association neutralisent  actuellement des engins explosifs improvisés près de Kirkouk.

Démineur de Handicap International à Kirkouk en Irak

Démineur de Handicap International à Kirkouk | © HI

La contamination par les mines, les engins explosifs improvisés (EEI), les restes explosifs de guerre (REG) et d'autres types de munitions représente une menace à long terme pour la population civile. L'Irak, qui a ratifié le Traité d'Ottawa sur l'interdiction des mines antipersonnel, a jusqu'en 2028 pour libérer son territoire des mines. Handicap International est un contributeur majeur.

L'association mène actuellement des opérations de déminage autour du village de Bashir, au sud de la ville de Kirkouk. Une équipe de neuf personnes, dont deux opérateurs de déminage et deux équipes mobiles, travaille sur ce site. Depuis janvier 2022 ils ont déminé 64 360 mètres carrés et neutralisé 32 engins explosifs.

1,8 million de mètres carrés nettoyés en six ans

Handicap International mène des opérations de déminage en Irak depuis 2016 et a déjà dépollué 1,8 million de mètres carrés de terrain. Plus de 1 600 engins explosifs ont été neutralisés par l’association depuis le début du programme.

Les engins explosifs improvisés

La plupart des engins explosifs découverts par les démineurs dans cette zone sont des engins improvisés. Ils peuvent être fabriqués à partir d'un récipient métallique carré ou cylindrique rempli d’un mélange explosif comprenant du nitrate d'ammonium et de l'aluminium. La majorité de ces dispositifs sont activés par un simple interrupteur à pression déclenché par la victime.

Comment neutraliser ces armes ?

Une fois localisée, quand c’est possible la mine est déterrée à l'aide d'outils manuels non métalliques pour identifier ses différents composants et comprendre comment elle fonctionne. L'opérateur décide alors de ce qu’il faut faire : détruire l’engin sur place ou, à l'aide d'une pince céramique à ressort, séparer à distance l'interrupteur qui déclenche le dispositif de détonation ou couper à distance les fils du circuit électrique, neutralisant ainsi le fonctionnement du dispositif. Toutefois, la menace d'un dispositif anti-soulèvement ou d'un dispositif secondaire placé sous la charge principale peut subsister.

Par précaution, et afin d'écarter cette menace, tous les composants sont déterrés, à une distance sûre, en utilisant des ancres, des crochets et des cordes.

Pourquoi déminer ?

Handicap International identifie les zones contaminées puis mène des opérations de déminage pour fournir un accès sûr à ces zones et permettre la reprise du développement ou de l'agriculture. La région de Bashir, dans le gouvernorat de Kirkouk, est principalement constituée de terres agricoles rurales. La population de de ce village est d'environ 3 000 personnes, dont 1 000 propriétaires terriens.

L’influence du Traité d’Ottawa

L'Irak a adhéré au Traité d'interdiction des mines le 15 août 2007 et en est devenu un État partie le 1er février 2008. Les autorités irakiennes sont totalement engagées à atteindre les objectifs du traité. L’Irak s’est donné comme limite l'année 2028 pour finir de décontaminer totalement le pays des restes explosifs de guerre.

La contamination en Irak

Selon les derniers chiffres disponibles (2020), la large propagation des mines – dont les mines improvisées et des munitions non explosées – fait de l'Irak le pays le plus contaminé au monde. Actuellement, 8,5 millions d'Irakiens sont exposés au risque des mines terrestres et des engins explosifs improvisés et 1 390 kilomètres carrés de terres, y compris des surfaces agricoles et des zones urbaines, sont inutilisables en raison de la contamination par les engins explosifs.

Publié le : 16 septembre 2022
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : dona[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Laos : 50 ans après, le triste héritage de la guerre du Vietnam
© Tim Dirven - Panos
Mines et autres armes

Laos : 50 ans après, le triste héritage de la guerre du Vietnam

50 ans après les Accords de Paris du 27 janvier 1973, l’héritage des bombardements massifs lors de la guerre du Vietnam est bien tangible. Le Laos voisin a été particulièrement touché, alors même qu’il n’était pas partie au conflit. Le pays est aujourd’hui considéré comme l’un des plus pollués au monde par les armes à sous-munitions.

25 ans du Traité d’Ottawa : la lutte contre les mines est loin d’être terminée
© ICBL
Mines et autres armes

25 ans du Traité d’Ottawa : la lutte contre les mines est loin d’être terminée

Il y a 25 ans, la signature du Traité d'interdiction des mines antipersonnel – dit Traité d'Ottawa – a marqué une victoire diplomatique et de la société civile sans précédent. Mais depuis 2014, les mines ont fait leur réapparition dans les conflits, avec une augmentation conséquente du nombre de victimes.

À Raqqa, la contamination par engins explosifs est d'une ampleur inédite
© HI
Mines et autres armes

À Raqqa, la contamination par engins explosifs est d'une ampleur inédite

Dans le Nord de la Syrie, Handicap International mène depuis 2018 des opérations de déminage et de dépollution à Raqqa et dans ses environs. 25 experts en déminage sont à pied d'œuvre.