Goto main content
 
 

Yasmine Daelman : « Je relaie la voix des civils sur le terrain »

Droit Mines et autres armes
Yémen

Yasmine Daelman, 28 ans, est conseillère en plaidoyer et politique humanitaire pour Handicap International au Yémen. Elle partage avec nous son quotidien.

Portrait de Yasmine Daelman, conseillère en plaidoyer et politique humanitaire pour Handicap International au Yémen.

© J-F. Roland / HI

En quoi consiste votre métier ?

Dans le milieu du plaidoyer, on dit souvent que l'aide humanitaire seule ne peut pas résoudre les crises. À travers nos activités de plaidoyer, nous essayons d'influencer les prises de décisions politiques. Par exemple, au Yémen, nous travaillons beaucoup sur l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Elles ont été très utilisées depuis le début du conflit en 2015, avec un impact terrible sur la population civile.

Nous essayons d'obtenir des données sur les conséquences de la guerre. Nous savons, par exemple, que plus de 50 % des centres médicaux ont été ravagés. Nous récoltons ces informations pour les soumettre à différentes parties prenantes, comme des politiciens, des diplomates ou des médias. En résumé, nous essayons de les pousser à agir pour changer les politiques et les pratiques.

Quel est l'impact de votre travail ?

Honnêtement, je n'ai pas l'impression de changer le monde ou de le rendre meilleur. Je trouve que cette idée a un côté très « chevalier blanc ». Je préfère me dire que je porte et que je relaie les voix des personnes sur le terrain, des civils qui souffrent. Parce qu'ils ont une voix. Simplement ils n’arrivent pas à se faire entendre à l’heure actuelle, à cause de la situation et des conditions dans lesquelles ils vivent.

C'est pourquoi je fais ce travail et que j'aime ce que je fais. Je plaide en leur nom, jusqu'à ce qu'ils puissent à nouveau le faire eux-mêmes.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler à Handicap International ?

J'étais vraiment très attirée par le mandat de l'association. Je crois que son travail est vraiment très efficace. En fait, j'aime l'idée que, lorsque l'on mène des projets de réadaptation, on n'offre pas juste des nouvelles jambes, mais aussi une nouvelle vie. Et c'est quelque chose qui me parle beaucoup.

Par ailleurs, en tant que spécialiste du plaidoyer et avec mon parcours, je savais qu'en travaillant pour une organisation qui a gagné un prix Nobel de la paix grâce à la force de ses actions de plaidoyer, je vivrais une expérience très enrichissante.

C'est comment de travailler pour Handicap International ?

Je pense que c'est très différent pour chacun d’entre nous, car nous travaillons tous et toutes dans des missions et des contextes variés, dans le monde entier. Donc je ne crois pas qu'il y ait une seule réponse à cette question.

Toutefois, en discutant avec des amis qui travaillent sur d'autres projets, au Venezuela ou en Irak par exemple, j'ai l'impression que nous ressentons tous un sentiment d'appartenance. Nous avons tous un but commun : l'action humanitaire inclusive et le développement inclusif pour tous. Je crois que cela motive tout le monde à Handicap International.

Publié le : 24 juin 2022
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Laos : 50 ans après, le triste héritage de la guerre du Vietnam
© Tim Dirven - Panos
Mines et autres armes

Laos : 50 ans après, le triste héritage de la guerre du Vietnam

50 ans après les Accords de Paris du 27 janvier 1973, l’héritage des bombardements massifs lors de la guerre du Vietnam est bien tangible. Le Laos voisin a été particulièrement touché, alors même qu’il n’était pas partie au conflit. Le pays est aujourd’hui considéré comme l’un des plus pollués au monde par les armes à sous-munitions.

25 ans du Traité d’Ottawa : la lutte contre les mines est loin d’être terminée
© ICBL
Mines et autres armes

25 ans du Traité d’Ottawa : la lutte contre les mines est loin d’être terminée

Il y a 25 ans, la signature du Traité d'interdiction des mines antipersonnel – dit Traité d'Ottawa – a marqué une victoire diplomatique et de la société civile sans précédent. Mais depuis 2014, les mines ont fait leur réapparition dans les conflits, avec une augmentation conséquente du nombre de victimes.

À Raqqa, la contamination par engins explosifs est d'une ampleur inédite
© HI
Mines et autres armes

À Raqqa, la contamination par engins explosifs est d'une ampleur inédite

Dans le Nord de la Syrie, Handicap International mène depuis 2018 des opérations de déminage et de dépollution à Raqqa et dans ses environs. 25 experts en déminage sont à pied d'œuvre.