Aller au contenu principal
 
 

Ukraine : les enfants plus souvent exposés aux dangers des engins explosifs

Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre
Ukraine

Ancienne démineuse, Viktoria anime en Ukraine des séances d'éducation aux dangers des engins explosifs. Elle explique l'approche de Handicap International pour protéger les enfants, davantage exposés que les adultes.

Dans une classe en Ukraine, séance d'éducation des enfants aux dangers des engins explosifs

Dans une classe en Ukraine, séance d'éducation des enfants aux dangers des engins explosifs | © R. Crews / HI

Viktoria anime en Ukraine des session d'éducation aux dangers des engins explosifs, notamment aux enfantsPlusieurs fois par semaine, Handicap International propose aux enfants, aux adultes et au personnel des ONG en Ukraine des sessions de sensibilisation aux risques liés à la présence d’engins explosifs et des séances de protection contre les conflits à Tchernivtsi, Vinnytsia, Poltava et Dnipro. Ancienne démineuse, Viktoria nous explique comment se déroulent ces séances.

Éducation aux risques et protection contre les conflits

Aujourd'hui nous allons dans une école pour organiser ce que nous appelons des sessions d’éducation aux risques et de protection contre les conflits.

Ces séances permettent d’expliquer la nature des engins explosifs ainsi que leur dangerosité. Grâce à elles, on peut sauver des vies pendant le conflit.

© R. Crews / HI

Avant chaque session, nous faisons passer des tests aux enfants pour déterminer leur niveau de compréhension de ces sujets. Puis, nous les évaluons à nouveau après la session, pour voir si leur compréhension s'est améliorée et ce qu'ils ont appris.

Protégez-vous et protégez les autres

En général, les enfants ont déjà certaines connaissances sur le sujet grâce à la télévision, à leurs parents ou à Internet. Cependant, ils ont souvent des informations erronées ou incomplètes. Nous leur transmettons donc les comportements et informations adéquats, ainsi que la bonne manière de réagir en cas de conflit.

Par exemple, nous leur montrons où et comment se mettre en sécurité en cas de bombardements. Beaucoup de personnes pensent qu'elles doivent simplement se tenir entre deux murs. Or ce n'est pas tout à fait exact. Il faut en effet avoir deux murs entre soi et l'extérieur, mais si l’on reste debout, on peut être blessé par une explosion. Le comportement correct consiste à s'allonger sur le sol, face contre terre, les mains au-dessus de la tête.

Nous faisons la démonstration de ces positions, puis nous demandons aux enfants de réaliser un exercice pour apprendre à évacuer les personnes à mobilité réduite. En croisant leurs bras avec quelqu’un d’autre, ils créent une « chaise » suffisamment robuste pour transporter une personne qui ne peut pas marcher ou se déplacer seule.

Nous leur montrons à quoi ressemblent les mines, puis nous leur expliquons où elles peuvent se trouver. Dans des tranchées ou des bases militaires, des bâtiments détruits, des champs désertés, des forêts, des autoroutes… Tous ces lieux peuvent être contaminés par des mines ou des munitions non explosées. Nous leur expliquons pourquoi ils ne doivent pas s’en approcher et que s'ils constatent quelque chose d'inhabituel, cela peut être dangereux.

Comportements sûrs dans toutes les situations

Les consignes peuvent varier en fonction de l'endroit où l'on se trouve pendant une attaque. Nous leur montrons donc comment réagir selon qu’ils sont en voiture, à la maison ou dans la rue, comment comprendre si une attaque commence ou comment vérifier si la voie est libre.

Lorsque les gens ne connaissent pas ces risques, ils courent de graves dangers. Dans un emploi précédent, j'ai été témoin d'une scène inouïe dans un village près de Kiev. Le village entier était jonché de munitions non explosées. Ignorant les risques qu’ils encouraient, les gens ont commencé à les ramasser à mains nues. Des enfants couraient entre les munitions, à seulement quelques pas d'un danger imminent.

Des engins explosifs cachés dans des jouets

Parfois, les engins explosifs peuvent être déguisés ou cachés dans d'autres objets. Dans la région de Donetsk, nous avons repéré des engins explosifs dissimulés dans des jouets, des livres ou même des téléphones portables.

Les enfants courent plus de risques que les adultes, car ils aiment explorer et toucher tout ce qu'ils voient, ils sont très curieux et moins méfiants. Pour éviter les munitions déguisées, nous leur apprenons à ne toucher a rien dans les lieux inconnus. Dans ces zones, tout doit être considéré comme dangereux. Nous enseignons cela également aux adultes, même s’ils sont moins enclins à toucher des objets étranges. Par exemple, lorsque je demande aux enfants « Si vous voyez un téléphone dans la rue, allez-vous le ramasser ? », ils répondent généralement « Oui ! ».

Contamination pour des générations

Même si la guerre en prenait fin aujourd'hui, il faudrait encore plus de 100 ans pour déminer tout le territoire. L'Ukraine est désormais l'un des pays les plus contaminés par les munitions non explosées. Ce sera encore le cas pendant de nombreuses années.

Pour nettoyer un seul champ contaminé de taille moyenne, il faut environ deux ans. Or nous avons des milliers de champs comme cela en Ukraine. Vous pouvez donc imaginer le temps que cela prendra pour les nettoyer de ces engins…

Je fais ce travail parce que j'aime les gens et que je veux les protéger du danger. J'ai travaillé en tant que démineuse et j'ai été témoin de nombreux exemples de la dangerosité de ces objets. Après le 24 février 2022, j'ai décidé de travailler directement avec le grand public, pour lui apprendre à vivre dans ces conditions. Un seul mauvais geste de la part de quelqu’un peut être mortel pour un grand nombre de personnes. C'est pourquoi je veux partager l'information avec le plus de personnes possible en Ukraine.

Publié le : 23 décembre 2022
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L’augmentation de l'utilisation des mines due à la Russie, au Myanmar et aux groupes armés non étatiques
© F. Vergnes / HI
Mines et autres armes

L’augmentation de l'utilisation des mines due à la Russie, au Myanmar et aux groupes armés non étatiques

Publié le 17 novembre, le rapport de l’Observatoire des mines 2022 fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines – dont les mines improvisées et les restes explosifs de guerre – pour la septième année consécutive.

Les organisations humanitaires appellent au respect du droit international humanitaire, à la protection des civils et des infrastructures civiles en Ukraine
© Till Mayer / HI
Stop aux bombardements des civils Urgence

Les organisations humanitaires appellent au respect du droit international humanitaire, à la protection des civils et des infrastructures civiles en Ukraine

Découvrez le texte de l'appel conjoint de plusieurs organisations humanitaires, dont Handicap International, suite aux multiples attaques russes par armes explosives en Ukraine le 10 octobre 2022.

Ukraine : « Les armes les plus sophistiquées, mutilantes et destructrices que j’ai vues »
© V. de Viguerie / HI
Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Ukraine : « Les armes les plus sophistiquées, mutilantes et destructrices que j’ai vues »

Gaëlle Smith, spécialiste de la réadaptation d’urgence à Handicap International, s’est rendue en Ukraine il y a quelques mois pour soutenir les équipes locales sur le terrain. Voici son témoignage.