Aller au contenu principal
 
 

Rien ne peut arrêter Prabin !

Inclusion Réadaptation
Népal

Prabin, 6 ans, est né avec une partie de sa jambe droite non développée. Handicap International l'a rencontré il y a cinq ans au centre de réadaptation de Biratnagar, au Népal. Depuis, il a réalisé d'énormes progrès.

Prabin, 6 ans, joue au football au Népal avec sa prothèse.

© A. Thapa / HI

Les premières années difficiles

Ce n'est que lorsque qu’elle s'est sentie suffisamment bien pour rentrer chez elle après l'accouchement que Sunita, la mère de Prabin, a réalisé que quelque chose n'allait pas. Son petit garçon était né sans la partie inférieure de sa jambe droite« J’ai demandé à mon mari pourquoi il ne m'en avait pas parlé plus tôt. Il m'a répondu que le médecin lui avait recommandé de ne pas en discuter avec moi à ce moment-là. Comme je me sentais déjà très mal, il pensait que cela allait me rendre encore plus nerveuse, ce qui aurait pu être dangereux. »

Les premières années de Prabin ont été difficiles pour Sunita et sa famille. Ils aimaient leur petit garçon mais la communauté, elle, n'acceptait pas vraiment les enfants handicapés. « À cause de son handicap, je m'inquiétais sans arrêt pour son avenir », confie Sunita.

« On avait l’impression que personne ne pouvait nous aider. Jusqu’au jour où un assistant social nous a parlé du service de réadaptation que Handicap International soutient à Biratnagar. Depuis, notre vie a changé. »

« Elle nous a convaincus »

Prabin se tient debout avec sa nouvelle prothèse et salue le photographe en souriant. © A.Thapa / HIPrabin était âgé de seulement un an et demi lorsque sa famille s'est rendue pour la première fois au centre de réadaptation communautaire du partenaire local de Handicap International, à Biratnagar. Au début, Sunita et son mari avaient des doutes.

« C'est là que nous avons rencontré Ambika pour la première fois. Avant, je ne savais pas du tout que ce type de services existait et mon mari et moi doutions vraiment que notre fils soit capable de marcher un jour. Mais Ambika nous a expliqué comment l'appareillage fonctionnait et comment il pourrait aider Prabin. Elle nous a convaincus. »

Ambika Sharma, orthoprothésiste pour l’organisation partenaire de Handicap International, se souvient de sa première rencontre avec la famille :

« C'était la première fois que je fabriquais une jambe pour un enfant d'un an et notre première tentative n'a pas été une réussite du tout. Pour sa première prothèse, la mesure réalisée avait été légèrement imprécise et nous n'avons pas pu fixer l’appareillage à sa jambe. Mais nous avons persévéré et la deuxième tentative a été la bonne. »

Ambika Sharma, orthoprothésiste

Prabin marche sur une route avec Ambika, orthoprothésiste. © A.Thapa / HIIl n'a pas fallu longtemps pour que Prabin se lève et marche avec sa nouvelle jambe. Lorsque Sunita et Prabin sont revenus au centre la fois suivante, le garçon avait déjà réalisé des progrès considérables.

« Ça a été un changement merveilleux pour notre petit garçon. Il a tout de suite accepté sa nouvelle jambe et s'est mis à jouer, à courir et même à sauter comme n'importe quel enfant de son âge. »

Aujourd’hui, Prabin assure l'animation en classe

À la grande joie de sa mère, après avoir été équipé de sa prothèse, Prabin a été accepté à l’école du quartier. Ses parents devaient partir travailler très tôt chaque matin et le jeune garçon a appris à se préparer, à fermer la maison à clé et à marcher jusqu'à l'arrêt de bus tout seul. Il devait aussi réaliser des exercices quotidiens assez éprouvants, ainsi que nettoyer et entretenir sa prothèse.

Les premiers mois n'ont pas été faciles pour Prabin, qui était très timide avec les autres enfants et avec ses professeurs. Mais il n’a pas baissé les bras et, très rapidement, sa personnalité solaire a repris le dessus.

Prabin étudiant en classe, Népal. © A.Thapa / HIEn voyant Prabin aujourd'hui, personne ne peut se douter qu’il a été un garçon timide : il déborde d'énergie et c'est lui qui assure l’animation en classe !

Prabin est aussi celui qui court le plus vite et qui saute le plus haut à la récréation. Mais ce qu’il aime par-dessus tout, c’est jouer au football. « Aujourd’hui, quand il voit un ballon de football, il ne tient pas en place », rigole Binita, sa professeure.

Cependant, l'école n'est pas uniquement synonyme de jeu pour le garçon. « Prabin est un élève intelligent et très appliqué », ajoute-t-elle.

Publié le : 24 janvier 2023
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Voir les enfants que j'aide aller à l'école et réussir est très inspirant »
© A. Thapa / HI
Réadaptation

« Voir les enfants que j'aide aller à l'école et réussir est très inspirant »

Ambika Sharma travaille en tant qu’orthoprothésiste depuis plus de dix ans. Elle nous explique à quoi ressemble sa vie et son quotidien professionnel au Népal.

Raphaël, 12 ans : « Mes béquilles sont géniales »
© T. Freteur / HI
Inclusion

Raphaël, 12 ans : « Mes béquilles sont géniales »

Depuis qu’il bénéficie de béquilles adaptées, Raphaël peut se déplacer beaucoup plus facilement et de façon plus autonome. Il peut même se rendre à l’école sans aucune aide !

Une chaise roulante qui fait toute la différence pour Daïsane
© T. Freteur / HI
Inclusion

Une chaise roulante qui fait toute la différence pour Daïsane

Daïsane est née avec les pieds bots. Depuis que Handicap International lui a fourni une chaise roulante adaptée, elle peut se déplacer en toute autonomie et profiter de la récréation avec les autres enfants de sa classe.