Goto main content
 
 

À Raqqa, la contamination par engins explosifs est d'une ampleur inédite

Mines et autres armes
International

Dans le Nord de la Syrie, Handicap International mène depuis 2018 des opérations de déminage et de dépollution à Raqqa et dans ses environs. 25 experts en déminage sont à pied d'œuvre.

Un démineur de Handicap International retire des engins explosifs au bord d'une rivière à Raqqa dans le Nord de la Syrie.

Un démineur retire des engins explosifs au bord d'une rivière à Raqqa. | © HI

Le niveau de contamination par engins explosifs à Raqqa, dans le Nord de la Syrie, dépasse tout ce qui a été observé depuis la Seconde Guerre mondiale. Les habitants de la ville sont sous la menace de ces armes qui peuvent exploser à tout instant.

L'ampleur de la dévastation choque encore

Raqqa était un bastion du mouvement État islamique jusqu'en 2017, lorsque la ville a été libérée par les forces occidentales dans le cadre de l'opération "Inherent Resolve". La population a fui les combats intenses qui ont duré cinq mois et est ensuite rapidement revenue dans la ville. L'ampleur de la dévastation nous choque encore. C'est comme si la ville avait été frappée par cinq tremblements de terre d'affilée.

Cinq ans plus tard, la contamination laissée par les combats au sol, les frappes aériennes massives de la coalition dirigée par les États-Unis et les pièges improvisés est toujours là. De nombreux engins non explosés, manufacturés ou non, demeurent dans les décombres des bâtiments effondrés ou endommagés. Entre-temps, les gens sont revenus car ils veulent travailler leurs terres, dégager les routes et rouvrir les marchés, les hôpitaux et les écoles. La contamination continue de mettre en danger les Syriens et de compromettre la réponse humanitaire.

Démineurs de Handicap International manipulant un obus non explosé à Raqqa en Syrie © HI

Démineurs de Handicap International manipulant un obus non explosé à Raqqa en Syrie © HI

La ville la plus contaminée au monde

Raqqa est l'une des villes les plus contaminées que les équipes de Handicap International aient jamais vues. La contamination est très diverse et complexe, affectant toutes les activités humaines au quotidien : des bâtiments comme des cliniques, des banques, des bureaux de services publics, etc. ont été piégés afin de terroriser la population et d'empêcher tout retour à la normale. Des roquettes ou des bombes non explosées se trouvent dans les décombres des bâtiments après d'intenses bombardements aériens. Autour de la ville, les champs agricoles ont été transformés en champs de mines défensifs par le mouvement État islamique pour empêcher la progression de tout groupe armé. Le niveau de contamination est incroyable. Il y en a partout ; chaque bâtiment, chaque mètre carré de terrain où il faut faire attention.

Les équipes de l'association sont hautement qualifiées et capables de faire face à toutes ces différentes situations. Les autorités locales les chargent d'intervenir dans de nombreux domaines. Mais elles sont aussi appelées directement par les gens, via une ligne directe, pour ramasser des restes d'explosifs qu'ils ont trouvés sur leur propriété, dans leur jardin... Elles reçoivent tellement d'appels chaque jour qu'elles doivent prioriser les munitions à sécuriser.

C'est une course contre la montre pour déblayer les terrains en vue de rendre la ville et les champs environnants à ses habitants. L'enlèvement des décombres, qui est le préalable à toute reconstruction, ne peut se faire sans opérations de déminage. La contamination compromet la reconstruction de la ville.

Munition non explosée retirée par les équipes de démineurs de Handicap International à Raqqa en Syrie © HI

Munition non explosée retirée par les équipes de démineurs de Handicap International à Raqqa © HI

Encore des décennies pour tout nettoyer

La contamination est si compliquée qu'il faudra des décennies pour nettoyer Raqqa. Cette ville est pour Handicap International comme un laboratoire où l'on peut trouver toute la gamme des contaminations dans les zones urbaines et rurales provenant d'un conflit moderne, marqué par l'utilisation intense d'armes explosives.

L'association souhaite contribuer à la reconstruction de la ville et regrette qu'après un pic de financement en 2017 et 2018, les opérations de dépollution soient un peu oubliées par les bailleurs institutionnels aujourd'hui. C'est vraiment une préoccupation.

Types d'armes à déminer

Les combattants du mouvement État islamique ont déployé des engins explosifs improvisés dans toute la ville pour assurer un maximum de terreur et de destruction : on entend des histoires de mines branchées sur des interrupteurs, cachées dans des matelas et dans des corans qui empêchent la reprise des activités quotidiennes.

Nos équipes trouvent toute une gamme de munitions explosives, principalement larguées du ciel par les forces de la coalition internationale dans le cadre de l'opération "Inherent Resolve". Nous devons également faire face aux mines antipersonnel.

Avec un total de plus de 2 500 incidents par armes explosives enregistrés entre 2013 et 2019 et un taux d'échec des frappes aériennes et de l'artillerie estimé entre 10 % et 30 %, on suppose que quelque 250 à 750 armes non explosées doivent donc se trouver dans la ville.*

Pollution chimique

Les infrastructures clés comme les barrages ou les cours d'eau sont également contaminées par des restes d'explosifs et libèrent une contamination chimique et toxique. L'eau du robinet n'est plus propre à la consommation dans certaines zones et des cas de choléra nous ont été signalés récemment.

La population compte vraiment sur Handicap International pour la libérer de cette menace. Les progrès sont lents et de nombreux civils impatients prennent parfois la décision d'enlever eux-mêmes les restes d'explosifs de leurs maisons au péril de leur vie. Nous venons d'ouvrir des opérations de déminage à Der-er-Zor, une autre grande ville située à deux heures de route de Raqqa. L'année prochaine, nous voulons également mettre en place une équipe de dépollution féminine.

La dépollution en chiffres

En 2022, les équipes de Handicap International ont sécurisé 1 000 articles dits "vivants" et plus de 2 600 articles "inertes"**. Depuis 2018, elles ont nettoyé 220 000 mètres carrés de terres (l'équivalent de la superficie de plus de 30 terrains de football).


* Source : https://coar-global.org/2022/02/27/demining-in-ar-raqqa/

** Les articles inertes ressemblent à des munitions explosives sans contenu explosif, par opposition aux contenus vivants. Par exemple, les bombes de mortier qui ne contiennent pas d'explosifs.

Publié le : 5 décembre 2022
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Laos : 50 ans après, le triste héritage de la guerre du Vietnam
© Tim Dirven - Panos
Mines et autres armes

Laos : 50 ans après, le triste héritage de la guerre du Vietnam

50 ans après les Accords de Paris du 27 janvier 1973, l’héritage des bombardements massifs lors de la guerre du Vietnam est bien tangible. Le Laos voisin a été particulièrement touché, alors même qu’il n’était pas partie au conflit. Le pays est aujourd’hui considéré comme l’un des plus pollués au monde par les armes à sous-munitions.

La Nuit de l’innovation solidaire se refait une beauté !
© Magazine&Fils
Innovation Solidarité

La Nuit de l’innovation solidaire se refait une beauté !

Les 2 et 3 février 2023, étudiants, salariés, inventeurs... tous les porteurs de projets ou produits à impact positif sont invités à participer à la Grande Nuit de l’innovation solidaire !

OPKDO 2022 : encore une belle mobilisation solidaire
© HI
Solidarité

OPKDO 2022 : encore une belle mobilisation solidaire

En 2022, les OPKDO de Handicap International se sont déroulées dans plusieurs villes entre le 8 novembre et le 24 décembre. Un nouveau succès grâce à quelque 300 bénévoles qui ont collecté plus de 11 500 euros !