Goto main content
 
 

"Notre plus grande dépense : les médicaments"

Inclusion Réadaptation
Jordanie

Au début de la guerre en Syrie, Hussein et sa famille ont quitté leur ville natale pour se réfugier en Jordanie. Depuis plusieurs années, il enchaîne les complications médicales. Grâce au partenariat de Handicap International avec un centre de réadaptation local, l'arthrose du genou dont il souffre est maintenant prise en charge par une équipe de kinésithérapeutes.

En Jordanie, Hussein et sa famille sont aidés par Handicap International

© O. Van de Broeck / HI

Douleur au quotidien

Hussein, 72 ans, est assis dans le salon avec son épouse. Il reste le plus souvent à la maison. Son arthrose du genou rend ses mouvements difficiles et sortir de chez lui devient vite source de douleur : « En Jordanie, les villes sont faites de pentes et d’escaliers qui compliquent d’avantage mes déplacements », confie Hussein.

Cela fait maintenant trois ans qu’Hussein est touché par cette affection dégénérative : le cartilage de son genou qui se dégrade petit à petit le fait souffrir dès qu’il utilise ses jambes. Hussein a dû adapter ses activités quotidiennes : « Depuis que mon arthrose a commencé, il y a bien des choses que je ne sais plus faire. Je dois m’asseoir sur une chaise pour prier (la prière rituelle musulmane implique de s’incliner au sol), j’ai du mal à marcher de longues distances et il m’est difficile de faire les courses car je peine à soulever des objets ».

Le couple dépend totalement de l’assistance de leur fils qui les aide dans leurs tâches quotidiennes et leur prodigue les soins nécessaires à leur santé : « Ma femme ne peut pas s’occuper de moi car son état est pire encore. Elle ne peut plus tenir debout et, elle aussi, a eu une opération du cœur », rajoute Hussein.

Prise en charge des frais médicaux

La famille ne peut plus faire face aux dépenses :

« L’argent est notre plus grand problème. Nous n’avons plus de maison à nous. Nous payons un loyer pour celle-ci et les frais médicaux s’accumulent. Jusqu’à aujourd’hui, nous payions tous nos médicaments. Mon petit-fils souffre également d’eczéma et d’asthme et son traitement coûte extrêmement cher… », conclut Hussein.

Les dépenses en soins médicaux ont pu être allégées grâce à Handicap International. Les séances de kinésithérapie et le transport pour s’y rendre sont aujourd’hui pris en charge par l'association au centre de réadaptation d'un hôpital partenaire. Son état s’est amélioré grâce aux séances et il éprouve moins de difficultés à marcher.

Publié le : 14 décembre 2018
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Ukraine : « Les armes les plus sophistiquées, mutilantes et destructrices que j’ai vues »
© V. de Viguerie / HI
Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Ukraine : « Les armes les plus sophistiquées, mutilantes et destructrices que j’ai vues »

Gaëlle Smith, spécialiste de la réadaptation d’urgence à Handicap International, s’est rendue en Ukraine il y a quelques mois pour soutenir les équipes locales sur le terrain. Voici son témoignage.

Jolie et Lydia, deux sœurs réfugiées et handicapées accompagnées par HI
© E. Sellers / HI
Réadaptation

Jolie et Lydia, deux sœurs réfugiées et handicapées accompagnées par HI

La famille de Jolie et Lydia a fui les violences en RDC pour se réfugier dans le camp de Kalobeyei au Kenya. Handicap International soutient ces sœurs toutes deux handicapées.

Susan : « mon école est différente des autres »
© Elizabeth Sellers / HI
Inclusion

Susan : « mon école est différente des autres »

Dans le camp de réfugiés de Kalobeyei au Kenya, les élèves ont accès à une éducation inclusive grâce au soutien de Handicap International. Susan, directrice de l’école, explique les bienfaits de ce type d'établissement.

*

(format: [email protected])

Je m'inscris