Goto main content
 
 

Le Myanmar plongé dans une grave crise humanitaire

Mines et autres armes Réadaptation Urgence
Myanmar (Birmanie)

Depuis les événements de février 2021, la situation humanitaire s'est profondément détériorée au Myanmar. Témoignage du directeur de Handicap International sur place.

Myanmar, photo des manifestations à Yangon en mars 2021

Myanmar, photo des manifestations à Yangon en mars 2021 | © DR

La violence armée, combinée à une crise politique, économique et sanitaire due à la pandémie de Covid, a entraîné une grave crise humanitaire au Myanmar, comme l'explique Jérôme Bobin, directeur des programmes de Handicap International dans le pays.

Près de la moitié de la population a besoin d'aide humanitaire

Aujourd'hui, 14,4 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire. Les besoins ont monté en flèche depuis début 2021, car ils ne concernaient alors "que" 1 million de personnes. Au moins 13 % d'entre elles sont des personnes handicapées. Elles sont particulièrement exposées aux violences, à la discrimination, au manque d'accès à l'information et à de plus grandes difficultés pour recevoir des services médicaux et humanitaires. [1]

La pauvreté s'installe

Parmi les principaux problèmes humanitaires, les estimations montrent que 48 % de la population pourrait bientôt vivre dans la pauvreté, en raison des perturbations économiques qui ont entraîné une situation d’insécurité alimentaire pour une grande partie du pays. Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) estime que 3,4 millions de personnes auront besoin d'une aide alimentaire au cours des six prochains mois.

Accéder aux soins

De nombreux blessés et personnes handicapées ne peuvent pas accéder à un traitement immédiat, à des soins en réadaptation et à des appareils d’aide à la mobilité, ce qui les expose à des risques de séquelles physiques et de conséquences psychosociales à vie.

L'année dernière, nous avons également constaté une nouvelle augmentation de l'utilisation des mines antipersonnel et des engins explosifs au Myanmar. Ces armes ont fait de nouvelles victimes. Elles menacent fortement certaines communautés qui n'avaient pas l'habitude de vivre dans des zones contaminées, ainsi que les personnes déplacées qui ont dû fuir de nombreux affrontements. Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), près de 290 000 personnes ont été déplacées à l'intérieur du Myanmar depuis février 2021 ; elles s’ajoutent aux 370 000 déjà déplacées depuis plusieurs années.

Les actions de HI en 2021

Malgré la complexité de la situation et les spécificités de chaque région du pays, Handicap International a continué à mener des activités de développement de la petite enfance dans les camps de personnes déplacées ainsi que des services de réadaptation (kinésithérapie, distribution d'aides à la mobilité, etc.).

Nous avons également distribué des produits alimentaires et non alimentaires aux communautés vulnérables et fourni des services de santé mentale et de soutien psychosocial aux personnes touchées par le Covid et la crise sécuritaire.

Nos équipes ont adapté leurs activités d'éducation aux risques liés à la présence des engins explosifs afin d'atteindre et de sensibiliser les communautés à risque. Elles ont poursuivi leurs action d’assistance aux victimes de mines antipersonnel, en les soutenant pour pérenniser leurs moyens de subsistance.

Lors de la première vague de Covid au Myanmar, nous avons contribué au développement et à l'adaptation d'outils et de techniques pédagogiques afin de garantir l'accès des enfants handicapés à l'éducation.

Dans le cadre d'un projet de préparation aux catastrophes, Handicap International a également aidé ses partenaires à fournir une assistance médicale d'urgence et des équipements de protection individuelle (EPI) contre le Covid.

Enfin, nous avons travaillé en étroite collaboration avec des partenaires locaux, internationaux et des bailleurs de fonds pour promouvoir l'inclusion des personnes handicapées dans l’aide humanitaire et améliorer l'accessibilité des installations et des services.


[1] Étude de Handicap International - Humanity & Inclusion en 2021.

Publié le : 2 février 2022
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Laos : 50 ans après, le triste héritage de la guerre du Vietnam
© Tim Dirven - Panos
Mines et autres armes

Laos : 50 ans après, le triste héritage de la guerre du Vietnam

50 ans après les Accords de Paris du 27 janvier 1973, l’héritage des bombardements massifs lors de la guerre du Vietnam est bien tangible. Le Laos voisin a été particulièrement touché, alors même qu’il n’était pas partie au conflit. Le pays est aujourd’hui considéré comme l’un des plus pollués au monde par les armes à sous-munitions.

« Voir les enfants que j'aide aller à l'école et réussir est très inspirant »
© A. Thapa / HI
Réadaptation

« Voir les enfants que j'aide aller à l'école et réussir est très inspirant »

Ambika Sharma travaille en tant qu’orthoprothésiste depuis plus de dix ans. Elle nous explique à quoi ressemble sa vie et son quotidien professionnel au Népal.

Rien ne peut arrêter Prabin !
© A. Thapa / HI
Inclusion Réadaptation

Rien ne peut arrêter Prabin !

Prabin, 6 ans, est né avec une partie de sa jambe droite non développée. Handicap International l'a rencontré il y a cinq ans au centre de réadaptation de Biratnagar, au Népal. Depuis, il a réalisé d'énormes progrès.