Goto main content
 
 

La vie d'Amina a complètement changé depuis l'explosion qui a secoué Beyrouth le 4 août 2020

Réadaptation Santé
Liban

Amina a été victime de l'explosion qui a secoué Beyrouth le 4 août 2020. Deux ans plus tard, la crise économique du pays vient s'ajouter à ses difficultés.

Vue extérieure d’un quartier de Beyrouth, capitale du Liban, en 2021

Vue extérieure d’un quartier de Beyrouth, capitale du Liban, en 2021 | © Kate Holt / HI

Amina, une Libanaise de 67 ans, a été blessée lors de l'explosion qui a dévasté une partie de Beyrouth le 4 août 2020. Elle a également subi un grave traumatisme psychologique. La profonde crise économique que traverse le Liban a depuis aggravé sa situation.

Aminata, Libanaise de 67 ans victime de l'explosion à Beyrouth le 4 août 2020Amina a quatre filles et un fils, qui sont tous mariés. Son mari est décédé il y a plusieurs années. Avant l'explosion, elle vivait seule dans un appartement loué au rez-de-chaussée à Karantina, un quartier de Beyrouth proche du port qui a été massivement soufflé par l'explosion.

À l'époque, elle souffrait déjà d'hypertension, de diabète, de surpoids et de douleurs lombaires, mais les blessures causées par l'explosion ont aggravé son mal de dos, ce qui rendait extrêmement difficiles ses déplacements, ses tâches quotidiennes et ses soins. Elle a été projetée au sol par l'explosion et s'est blessée au dos.

Premiers soins psychologiques

Immédiatement après l'explosion, en plus des séances de kinésithérapie, Handicap International a fourni à Amina les premiers soins psychologiques qui ont permis de soulager son traumatisme. L'équipe des premiers secours psychologiques l'a rassurée et l'a mise en contact avec des organisations et des institutions capables de lui fournir les services et l'aide dont elle avait besoin. Les séances de kinésithérapie l'ont aidée à renforcer les muscles de son dos et à réduire la douleur. Elle a ainsi pu retirer l'attelle dorsale qu'elle portait auparavant.

L'équipe de rééducation de HI

Amina se souvient de l'équipe de réadaptation de Handicap International comme d'une personne très attentive et attentionnée.

« Hoda, la kinésithérapeute, m'a appris de nombreux exercices que j'essaie encore de faire de temps en temps. »

L’impact sur la vie d'Amina

L'appartement d'Amina a été réparé et elle y a vécu quelque temps avant de rejoindre son fils et sa famille dans un quartier du Sud de Beyrouth, Al Naameh. Son nouvel appartement se trouve au deuxième étage d'un vieil immeuble sans éclairage électrique. Il n'est pas accessible, et les escaliers sont en si mauvais état qu'ils sont à peine utilisables. Comme beaucoup de personnes touchées par la crise libanaise, son fils a été obligé de déménager ici pour trouver un logement moins cher.

« Je ne suis pas à l'aise ici, mais nous devons tous vivre ensemble pour économiser sur le loyer. Mon fils n'a plus les moyens de payer le loyer de ma maison. »

Amina avait l'habitude de compter sur son fils pour ses dépenses quotidiennes :

« Mon fils travaillait dans une imprimerie à Beyrouth, et nous vivions de son salaire. Nous étions en mesure de répondre à nos besoins avec l'argent qu'il gagnait. »

Mais la situation est différente aujourd'hui. En raison de la détérioration de la situation économique du pays, l'imprimerie a dû se séparer d'un grand nombre de ses employés, et le fils d'Amina en faisait partie. Il a fallu des mois avant qu'il ne trouve un nouvel emploi.

Une population appauvrie

Les conditions de vie ont radicalement changé. Beaucoup de gens n'ont pas d'eau, pas d'électricité, pas même une bouteille de gaz.

« Avant, nous pouvions acheter des médicaments, mais maintenant c'est trop cher. Il y a quelques semaines, je suis allée dans un centre de soins. Le médecin m'a prescrit des médicaments qui sont disponibles dans le centre. J'ai recommencé à avoir mal au dos, mais je ne peux pas aller faire de la kinésithérapie car je ne peux pas payer le coût élevé de la séance et du transport pour y aller. »

L'état d'esprit d'Amina

« Je ne peux rien faire et je n'ai même pas envie de faire quoi que ce soit. J'aimerais bien retourner chez moi, à Karantina, où je vivais avant. »

Amina passe ses journées à la maison avec ses petits-enfants. Parfois, sa belle-fille lui donne des petits travaux de réparation à faire pour l'occuper et l'aider à se sentir utile à sa famille.

Publié le : 1 août 2022
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Hidayatullah se tient désormais debout et peut jouer avec les autres enfants
© HI
Réadaptation

Hidayatullah se tient désormais debout et peut jouer avec les autres enfants

Hidayatullah est né en Afghanistan avec une malformation des pieds. Sa mère a été orientée vers le centre de réadaptation de Handicap International à Kandahar.

Travail et accessibilité : l'histoire de Zawadi
© E. Koka / HI
Inclusion Réadaptation

Travail et accessibilité : l'histoire de Zawadi

Zawadi vit dans le camp de réfugiés de Kakuma au Kenya, où elle gère une petite entreprise. Au travers de formations, Handicap International l'a aidée à faire face aux effets du Covid et à développer son activité.

Jean Mario, rescapé du séisme, reçoit le soutien de HI
© W. Laurore / HI
Réadaptation Santé

Jean Mario, rescapé du séisme, reçoit le soutien de HI

Jean Mario Joseph a été très affecté par le séisme d’août 2021 en Haïti. Amputé de la jambe droite, il a reçu des soins en réadaptation et un suivi psychosocial.