Goto main content
 
 

Jean Mario, rescapé du séisme, reçoit le soutien de HI

Réadaptation Santé
Haïti

Jean Mario Joseph a été très affecté par le séisme d’août 2021 en Haïti. Amputé de la jambe droite, il a reçu des soins en réadaptation et un suivi psychosocial.

Jean Mario Joseph en septembre 2022, Les Cayes, Haïti

Jean Mario Joseph en septembre 2022, Les Cayes, Haïti | © W. Laurore / HI

Près de 800 000 personnes ont été touchées par le séisme de magnitude 7,2 qui a secoué les départements du Sud d’Haïti en août 2021. Comme de nombreux Haïtiens, Jean Mario Joseph, 66 ans, a été très affecté par la catastrophe. Le tremblement de terre lui a causé des blessures physiques et a entraîné un traumatisme psychologique.

Le jour de l’accident

Jean Mario Joseph est père de quatre enfants. Il travaillait à l’Office des impôts de sa commune d’Ile-à-Vache, à quelques kilomètres au sud des Cayes. Le 14 août 2021, il était chez lui lorsque le séisme a frappé. Les murs ont tremblé, le sol s’est dérobé sous ses pieds, et Jean Mario est tombé sur un panier rempli de vaisselle.

Ce jour-là, sa maison s’est effondrée, lui infligeant de graves blessures à la jambe droite. Jean Mario a dû subir une opération mais, à cause de son diabète, les médecins ont été obligés de l’amputer.

« Après l’opération, la vie est devenue très difficile car j'étais entièrement dépendant de ma famille. Je ne pouvais pas me rendre aux rendez-vous médicaux sans l'aide de mon fils. J’étais très déprimé quand j’ai été référé aux services de réadaptation de Handicap International. Pour moi, la vie n'avait plus aucun sens », se souvient Jean Mario.

Réadaptation et soutien psychosocial

Jean Mario a été pris en charge par les équipes de réadaptation de Handicap International. Ces dernières ont pris les mesures nécessaires à la fabrication d’une prothèse, qui lui sera remise prochainement. En attendant de la recevoir, L'association a donné à Jean Mario un fauteuil roulant, qui lui permet de se déplacer plus facilement. Jean Mario a également bénéficié d’un accompagnement en santé mentale et en soutien psychosocial.

« Je suis entré dans le service de soutien psychosocial et j'y ai reçu un accueil très chaleureux. Ça m'a redonné espoir. Les psychologues m’aident à cultiver joie et bonheur. J’aime beaucoup les activités récréatives, les groupes de discussion. Handicap International est vraiment devenue une deuxième famille pour moi. »

Retour à la vie quotidienne

Grâce au soutien de nos équipes, Jean Mario a pu regagner son autonomie et reprendre le cours de ses activités quotidiennes.

« Je suis redevenu indépendant. Grâce à mon fauteuil roulant, je peux me déplacer, sans le soutien de personne. Je me déplace seul en mototaxi, j’ai repris mes activités religieuses et ma santé mentale est rétablie. »

Sa perception du handicap a également changé : « Je sais à quel point il est facile pour une personne de devenir handicapée. Étant moi-même devenue une personne handicapée, je comprends mieux la réalité à laquelle nous faisons face. Nous sommes comme tout le monde et personne n'a le droit de nous humilier ».

La réponse de HI au séisme

Quelques jours seulement après le tremblement de terre, Handicap International a proposé des services de réadaptation, en renforçant les services de deux hôpitaux et d’un centre de réadaptation aux Cayes, ainsi que ceux d’un hôpital à Camp Perrin. Les services ont ensuite été étendus à Aquin et des unités mobiles ont été déployées pour aller au-devant des populations les plus isolées.

Entre octobre 2021 et août 2022, Handicap International a accompagné près de 15 000 personnes. L'association a fourni des séances de réadaptation à plus de 6 000 personnes, ainsi que des services en santé mentale et soutien psychosocial à plus de 8 000 personnes.

Le séisme ayant causé des éboulements et des glissements de terrain, Handicap International a mené des opérations de déblaiement jusqu’en décembre 2021. Ces travaux ont permis de dégager 9 000 mètres cubes de terre pour rouvrir des routes bloquées, soit l’équivalent de près de 4 piscines olympiques. De plus, l’association a lancé un système de transport par voilier pour acheminer l’aide humanitaire vers les régions sinistrées. Entre août 2021 et mai 2022, l’association a ainsi livré plus de 1 150 tonnes de biens humanitaires dans des zones difficiles d’accès.

Publié le : 25 novembre 2022
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Voir les enfants que j'aide aller à l'école et réussir est très inspirant »
© A. Thapa / HI
Réadaptation

« Voir les enfants que j'aide aller à l'école et réussir est très inspirant »

Ambika Sharma travaille en tant qu’orthoprothésiste depuis plus de dix ans. Elle nous explique à quoi ressemble sa vie et son quotidien professionnel au Népal.

Rien ne peut arrêter Prabin !
© A. Thapa / HI
Inclusion Réadaptation

Rien ne peut arrêter Prabin !

Prabin, 6 ans, est né avec une partie de sa jambe droite non développée. Handicap International l'a rencontré il y a cinq ans au centre de réadaptation de Biratnagar, au Népal. Depuis, il a réalisé d'énormes progrès.

Milagros, 3 ans, déterminée à devenir plus autonome
© J-M. Vargas / HI
Réadaptation

Milagros, 3 ans, déterminée à devenir plus autonome

En Colombie, Handicap International soutient les migrants vénézuéliens comme la petite Milagros, 3 ans. L’organisation l’accompagne à travers des exercices de réadaptation pour la rendre plus autonome.