Goto main content
 
 

Kabita exerce le métier de ses rêves

Inclusion
Népal

Kabita, 21 ans, vit à Banke dans l’Ouest du Népal. Plus jeune, elle a été victime d'un accident de la route dont elle a gardé un handicap physique. Aujourd'hui, la jeune femme est une conductrice de rickshaw prospère.

Kabita dans son rickshaw électrique au Népal

Kabita dans son rickshaw électrique au Népal | © G. Bhujel / HI

Enfant, Kabita a subi des discriminations et de la stigmatisation. Son handicap physique et le manque d'accessibilité du système éducatif l'ont empêchée de poursuivre ses études, comme c’est le cas de nombreuses filles de sa communauté. Grâce au soutien de Handicap International et de ses partenaires locaux, Kabita a pu reprendre ses études et commencer à exercer le métier de ses rêves.

Déterminée à changer sa vie

« Je n'ai jamais eu la chance de jouer avec d'autres enfants, d'assister à un mariage ou d'aller à une fête. Je ne pouvais pas participer à nos rituels culturels au village. Je ne voulais assister ou participer à aucun événement en raison de mes limitations fonctionnelles et du comportement des membres de ma famille et de ma communauté. »

Kabita a commencé à constater des changements grâce à sa détermination inébranlable, au soutien de sa famille et à sa participation à un projet mené par Handicap International. Elle a ainsi suivi un cours de neuf mois, conçu pour aider les enfants à intégrer les écoles standard. Connu sous le nom de « classe passerelle », il a permis à Kabita d'améliorer ses compétences en lecture et en calcul.

Devenir conductrice de rickshaw électrique

Plus tard, elle a choisi de devenir conductrice de rickshaw électrique*. Au début, elle a eu du mal à convaincre sa famille, pour qui la conduite était un métier d’homme. Elle a dû faire face à de nombreux préjugés au sein de sa communauté. Les gens lui disaient qu'elle ne pouvait pas conduire de rickshaw ou qu'il lui serait difficile de s'occuper de ses passagers. La confiance de Kabita en a souvent été ébranlée.

Les équipes de Handicap International et de ses partenaires locaux ont prodigué des conseils à Kabita et à sa famille, pour les aider à surmonter ces obstacles. Grâce à ce soutien, Kabita a réussi à briser le stigma associé au handicap ainsi que les stéréotypes de genre. Elle a appris à conduire avec le soutien de l'association, qui lui a également fourni des fonds pour lui permettre de se procurer un rickshaw électrique.

« Je gagne très bien ma vie et je rends service aux gens », sourit Kabita.

Kabita a désormais confiance en ses capacités et gagne 1 000 à 1 700 roupies népalaises par jour, alors que le revenu moyen se situe entre 500 et 700 roupies. Ayant déjà payé six mensualités pour son rickshaw, elle économise pour acheter des batteries supplémentaires et entretenir son matériel. Kabita a démontré que les filles handicapées peuvent poursuivre leurs rêves et être source d'inspiration.

Aider les filles et les femmes handicapées à surmonter les obstacles

« Les femmes handicapées sont souvent négligées par leur famille et par la société en raison de leurs limitations. Elles sont confrontées à de nombreux obstacles dus à un environnement qui ne les inclut pas. Elles sont les dernières à être prises en compte dans les activités sociales ou les opportunités de développement professionnel. Dans les villages reculés où les familles vivent dans des conditions de vulnérabilité, les femmes handicapées sont encore plus vulnérables que les autres membres de leur famille. Qu'il s'agisse de l'accès à l'éducation, à la santé ou aux moyens de subsistance, elles sont toujours privées de leurs droits. »

Indra Bista, responsable technique de l'inclusion des personnes handicapées à Handicap International au Népal

Depuis août 2018, le projet a accompagné 185 filles handicapées comme Kabita, pour les aider à trouver des moyens de subsistance décents et à améliorer leur inclusion dans la société. Le projet a aidé 862 filles du district de Banke à accéder à une éducation inclusive de qualité, notamment des filles handicapées et issues de communautés marginalisées.


* Voiture légère tirée par une bicyclette ou un scooter, et destinée au transport des personnes.

Publié le : 1 septembre 2022
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Susan : « mon école est différente des autres »
© Elizabeth Sellers / HI
Inclusion

Susan : « mon école est différente des autres »

Dans le camp de réfugiés de Kalobeyei au Kenya, les élèves ont accès à une éducation inclusive grâce au soutien de Handicap International. Susan, directrice de l’école, explique les bienfaits de ce type d'établissement.

Avec le soutien de HI, Jonathan peut aller à l'école et voir les choses en grand
© E. Sellers / HI
Inclusion Réadaptation

Avec le soutien de HI, Jonathan peut aller à l'école et voir les choses en grand

Jonathan, 7 ans, est atteint de paralysie cérébrale. Grâce à une chirurgie corrective et à des soins en réadaptation dispensés par Handicap International, il peut marcher et aller à l'école pour la première fois.

Au Mali, HI aide la courageuse Aminata à aller à l’école
© S. Maiga / HI
Inclusion Réadaptation

Au Mali, HI aide la courageuse Aminata à aller à l’école

Aminata, 10 ans, a repris le chemin de l’école et étudie avec assiduité grâce au soutien de Handicap International. La fillette a également reçu une prothèse pour son bras.

*

(format: [email protected])

Je m'inscris