Goto main content
 
 

Covid-19 : HI adapte ses actions pour protéger les plus vulnérables

Inclusion Santé Urgence
International

Sur le terrain, partout où c’est possible, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour lutter contre la propagation du coronavirus. Les modalités d’intervention sont revues et de nouveaux projets sont créés. Mot d’ordre : protéger du virus et agir sur les effets de la crise, avec une attention particulière pour les personnes handicapées, âgées ou isolées, les enfants et les femmes.

Photo d'archive Handicap International - Ouganda

Photo d'archive Handicap International - Ouganda | © Quinn Neely / HI

Le cap des 530 000 cas confirmés dans le monde vient d’être franchi dans quelque 175 pays et territoires. À ce jour, 94 % des 55 pays où intervient Handicap International sont touchés.

En Afrique, en Amérique Latine, en Asie du Sud et du Sud-Est, au Moyen-Orient... il est primordial d’empêcher une propagation incontrôlée de la pandémie, mais il faut agir maintenant, même si le nombre de cas officiellement identifiés est encore faible dans nombre de ces pays. C’est pourquoi nos équipes sont auprès de nos bénéficiaires partout où cela reste possible, adaptant leurs modalités d’intervention pour stopper la progression et protéger un maximum de personnes.

Adapter les activités pour protéger les plus fragiles

Portrait de Fanny Mraz, de la Direction Urgences de Handicap International« Dans l’ensemble des pays où cela est possible, nous sommes en train d’adapter toutes nos interventions. Il s’agit d’abord de protéger nos bénéficiaires qui comptent parmi les plus vulnérables face au virus. Il y a à la fois des enjeux de prévention, mais aussi un fort enjeu sur les besoins de base pour que des personnes déjà fragiles ne le deviennent encore plus et qu’elles puissent avoir accès à la nourriture, aux produits d’hygiène, aux services de santé. Les adaptations se font dans chaque pays et selon le contexte sur place. Certains projets sont mis en veille, tandis que d’autres sont adaptés et que de nouveaux programmes spécifiques en réponse à la crise sont initiés. Pour l’heure, les secteurs que nous considérons prioritaires sont l’hygiène, la protection, l’accès aux moyens de subsistances, le soutien psychosocial et l’appui logistique aux acteurs de la communauté humanitaire afin d’assurer l’acheminement de l’aide. »

Fanny Mraz, de la Direction de l’Urgence de Handicap International

Chaque jour, de nouvelles activités de réponse à la crise sont mises en place dans nos projets en cours. Aujourd’hui, au moins 37 de nos projets ont été adaptés et ont commencé à intégrer ou préparer des mesures spécifiques en réponse au coronavirus, avec de nombreuses actions de sensibilisation et de prévention (Algérie, Bangladesh, Colombie, Ethiopie, Haïti, Libye, Madagascar, Mali, Sierra Leone, etc.), des adaptations de notre logistique et de notre appui humanitaire en République centrafricaine, des distributions de matériel de protection (gants, masques, gel hydro-alcoolique, notamment au Rwanda)… Ce chiffre évolue très vite.

La sensibilisation à l’hygiène est essentielle

Partout, on sait maintenant que l’urgence sanitaire et médicale doit nécessairement se combiner à des actions de sensibilisation et d’éducation qui permettent en parallèle d’anticiper et de protéger tout un chacun et de démultiplier les effets de la lutte contre la pandémie. La sensibilisation à l’hygiène et aux mesures de protection constitue une urgence absolue. Les membres de nos équipes sont formés pour pouvoir se protéger eux-mêmes et sensibiliser les personnes qu’ils aident aux messages de prévention. Les outils utilisés, comme des affiches, respectent les standards internationaux.

« Hygiène des mains avec utilisation de savon ou de gel hydro-alcoolique, respect des distances, bonnes pratiques pour se protéger, port de masques FFP2 dans les structures de santé et dans le cadre d’activités le nécessitant… Des recommandations sont mises en place pour les membres de nos équipes et leurs bénéficiaires, afin de protéger la relation. Bien sûr, nous sommes confrontés aux mêmes problématiques qu’ailleurs: se procurer des masques FFP2 sera par exemple aussi difficile qu’en Europe, voire bien plus. Et d’autres difficultés vont apparaître : l'épidémie augmentera considérablement les discriminations et violences basées sur le handicap, le genre et l’âge, mais aussi envers certains groupes tels que migrants, déplacés, demandeurs d'asile, réfugiés et retournés. »

Fanny Mraz

Des conseils précis s’adressent aux personnes handicapées, avec une adaptation des messages pour celles ayant des difficultés à communiquer, telles que les personnes sourdes, malentendantes ou malvoyantes. D’autres concernent spécifiquement les aidants.

Réponse d’urgence adaptée, nouveaux projets

La Direction de l’Urgence de Handicap International a établi un cadre de réponse à la crise Covid-19 considérant les besoins d’appui sur les secteurs prioritaires prédéfinis aux niveaux étatique, communautaire et individuel dans nos pays d’intervention. Là où l’accès aux populations n’est pas possible, des modalités de réponses spécifiques seront utilisées (utilisation des médias, des moyens digitaux, de plateformes internet).

« Les activités de réponse d’urgence comprennent des distributions de matériel d’hygiène et de l’aide aux moyens de subsistance. Atlas Logistique, une unité opérationnelle de l'association spécialisée dans la chaîne d’approvisionnement et les solutions logistiques pour d’autres acteurs de l’aide humanitaire, est prête à intervenir. Atlas Logistique pourra mettre à disposition ses plateformes logistiques et son expertise d’analyste des problématiques d’accès. Nous pensons également qu’il faudra rester particulièrement proches des personnes souffrant de problèmes de santé mentale, qui peuvent développer des symptômes spécifiques de stress intense et d’angoisse dans ce contexte. Nous serons aussi très vigilants sur les questions de stigmatisation potentielle de certaines populations atteintes du Covid-19, notamment les personnes handicapées. »

Fanny Mraz

Publié le : 1 avril 2020
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

25 ans du Traité d’Ottawa : la lutte contre les mines est loin d’être terminée
© ICBL
Mines et autres armes

25 ans du Traité d’Ottawa : la lutte contre les mines est loin d’être terminée

Il y a 25 ans, la signature du Traité d'interdiction des mines antipersonnel – dit Traité d'Ottawa – a marqué une victoire diplomatique et de la société civile sans précédent. Mais depuis 2014, les mines ont fait leur réapparition dans les conflits, avec une augmentation conséquente du nombre de victimes.

À Raqqa, la contamination par engins explosifs est d'une ampleur inédite
© HI
Mines et autres armes

À Raqqa, la contamination par engins explosifs est d'une ampleur inédite

Dans le Nord de la Syrie, Handicap International mène depuis 2018 des opérations de déminage et de dépollution à Raqqa et dans ses environs. 25 experts en déminage sont à pied d'œuvre.

Le Grand Entretien : épisode 3 avec Anne Héry
© HI
Stop aux bombardements des civils

Le Grand Entretien : épisode 3 avec Anne Héry

Découvrez en vidéo le rôle du plaidoyer à Handicap International et la genèse du combat contre les bombardements en zones peuplées dans cet entretien avec Anne Héry, Directrice du Plaidoyer et de Relations Institutionnelles de l'association, enregistré la veille de l'adoption de l'accord international visant à mieux protéger les civils de l'utilisation des armes explosives en zones peuplées, le 18 novembre 2022.