Goto main content
 
 

Tout a changé pour Kotime !

Inclusion Réadaptation
Burkina Faso

Malgré le handicap, la guerre, l’exode et le rejet de leur famille, Kotime et sa mère se battent pour une vie meilleure avec l’aide de Handicap International. Découvrez leur histoire.

Avec le soutien de Handicap International, Kotime a retrouvé la joie de vivre et l'espoir.

Avec le soutien de Handicap International, Kotime a retrouvé la joie de vivre et l'espoir. | © Olivier Czar Katona / HI

À l’âge de 9 ans, Kotime a subitement perdu l’usage de ses jambes. À la même période, sa famille a quitté son village natal pour fuir les attaques djihadistes. Handicap International a pris en charge la jeune fille et soutient sa famille.

La famille de Kotime vivait paisiblement dans un village de la région du Sahel qui est devenu le théâtre d’attaques djihadistes de plus en plus fréquentes. En 2019, le destin s’est acharné sur la famille. Le village a subi une énième attaque très violente alors que l’état de Kotime venait de se dégrader subitement. La petite fille s’est retrouvée privée de l’usage de ses jambes quelques semaines avant que sa famille ne décide de fuir et de se réfugier dans la région Centre Nord au Burkina Faso.

Mariam, la mère de Kotime, s’est battue contre vents et marées pour sa fille et toutes deux sont très complices. Depuis que leur route a croisé celle de l’équipe du projet "Action Humanitaire Inclusive" de Handicap International, leur vie est plus facile et Kotime retrouve plus de mobilité.

Avec le soutien de Handicap International au Burkina Faso, Kotime a retrouvé la joie de vivre et l'espoir.

© Olivier Czar Katona / HI

« Kotime était devenue un poids et notre famille me le reprochait »

« J’ai séjourné environ 3 mois à l’hôpital pour les soins de ma fille. Ma belle-famille menaçait de me répudier parce que j’avais abandonné mon foyer pour faire soigner une enfant qui ne retrouverait peut-être jamais l’usage de ses jambes. Ils disaient également que Kotime n’était pas mon seul enfant. J’ai donc été obligée de ramener ma fille à la maison », explique Mariam, 35 ans, la mère de Kotime. « Puis, une nuit, les groupes armés sont entrés dans notre village, ont tué les gens, emporté nos animaux et nous avons été obligés de quitter le village. J’ai beaucoup souffert car j’étais enceinte et j’avais Kotime et sa sœur à porter pour fuir… »

Insécurité et grande pauvreté

« Une fois arrivés ici, nous avons vendu tous les animaux qui nous restaient pour nous nourrir. Cela fait longtemps que nous sommes là. Mon mari ne travaille pas. De temps en temps, je ramasse du sable pour le vendre ou bien je pars en ville pour laver des habits pour assurer l'alimentation de mes enfants et acheter du savon. Nous bénéficions parfois d’aide de la part du gouvernement et d’ONG. C’est comme ça que j’ai rencontré l’équipe de Handicap International, qui organisait une sensibilisation au handicap. C’est ainsi que Kotime a été identifiée. Je venais juste d’accoucher. Je portais mon bébé dans le dos et Kotime dans mes bras. Je l’emmenais dans les lieux de culte et je priais en espérant la voir marcher à nouveau. »

Avec le soutien de Handicap International au Burkina Faso, Kotime a retrouvé la joie de vivre et l'espoir.

© Olivier Czar Katona / HI

"Aujourd'hui tout a changé, enfin !"

« Kotime n’a jamais été scolarisée. Quand ma fille avait 7 ans, l’âge d’être scolarisée, les écoles de notre village étaient déjà fermées à cause de l’insécurité. Deux ans plus tard, elle est tombée malade, ce qui a entraîné la paralysie de ses jambes », poursuit Mariam.

Handicap International a mis en place une médiation entre Mariam et sa belle-famille pour le bien de Kotime. Par plusieurs fois, l'association est venue soutenir Kotime et sa maman pour obtenir l’accord de la famille afin de commencer la rééducation de la fillette.

Avec le soutien de Handicap International au Burkina Faso, Kotime a retrouvé la joie de vivre et l'espoir.

© Olivier Czar Katona / HI

« L’agent de sensibilisation de Handicap International est d’abord venue discuter pour comprendre la situation de Kotime. Elle nous a référées au centre de réadaptation fonctionnelle, mais ma belle-famille s’est opposée à cette démarche. L'association a fait tout son possible pour la convaincre en lançant une médiation. L’agent est venue à nouveau pour rencontrer les frères de mon mari, mais mon beau-père n’était pas là. Quand il a appris la nouvelle, il s’est opposé farouchement à notre projet. Il a fallu d’autres rencontres avec la famille et même l’intervention du directeur du centre de réadaptation et d’un religieux, pour convaincre ma belle-famille. Mais aujourd’hui tout a changé, enfin ! »

 

Avec le soutien de Handicap International au Burkina Faso, Kotime a retrouvé la joie de vivre et l'espoir.

© Olivier Czar Katona / HI

Des progrès rapides 

Très volontaire, Kotime participe deux fois par semaine à des séances de rééducation. Handicap International lui a fourni un fauteuil roulant et un déambulateur, tandis que le directeur du centre de réadaptation, également très mobilisé, lui a offert des orthèses. Aujourd’hui, avec son fauteuil, elle peut à nouveau participer à la vie quotidienne de la famille. Elle arrive même à faire quelques pas toute seule. Tandis que, n’ayant plus à la porter continuellement, Mariam se porte mieux et peut se consacrer plus facilement à toute sa famille.

« Le fauteuil roulant a changé la vie de Kotime, et aussi la mienne ! Avec lui, je peux amener ma fille partout sans me fatiguer, et grâce aux séances de rééducation Kotime recommence un peu à marcher, même si elle ne fait pas de longues distances. Elle retrouve une vie normale, elle peut m’aider et surtout aller jouer avec ses camarades. Je suis très fière d’elle », conclut Mariam, qui a remué ciel et terre pour redonner l’espoir à sa fille.

Avec le soutien de Handicap International au Burkina Faso, Kotime a retrouvé la joie de vivre et l'espoir.

© Olivier Czar Katona / HI

Publié le : 13 juillet 2021
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Ukraine : « Les armes les plus sophistiquées, mutilantes et destructrices que j’ai vues »
© V. de Viguerie / HI
Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Ukraine : « Les armes les plus sophistiquées, mutilantes et destructrices que j’ai vues »

Gaëlle Smith, spécialiste de la réadaptation d’urgence à Handicap International, s’est rendue en Ukraine il y a quelques mois pour soutenir les équipes locales sur le terrain. Voici son témoignage.

Jolie et Lydia, deux sœurs réfugiées et handicapées accompagnées par HI
© E. Sellers / HI
Réadaptation

Jolie et Lydia, deux sœurs réfugiées et handicapées accompagnées par HI

La famille de Jolie et Lydia a fui les violences en RDC pour se réfugier dans le camp de Kalobeyei au Kenya. Handicap International soutient ces sœurs toutes deux handicapées.

Susan : « mon école est différente des autres »
© Elizabeth Sellers / HI
Inclusion

Susan : « mon école est différente des autres »

Dans le camp de réfugiés de Kalobeyei au Kenya, les élèves ont accès à une éducation inclusive grâce au soutien de Handicap International. Susan, directrice de l’école, explique les bienfaits de ce type d'établissement.

*

(format: [email protected])

Je m'inscris