Goto main content
 
 

Avant les séances de rééducation, Safaa ne savait pas marcher

Réadaptation
Jordanie

450 enfants présentant un handicap ou un retard de développement ont été aidés par Handicap International depuis juillet 2017. La famille de Safaa, âgée de 2 ans et atteinte de paralysie cérébrale, bénéficie de l’expertise de l’association.

Les bénévoles de Handicap International identifient les besoins de Safaa, atteinte de paralysie cérébrale

© Oriane van den Broeck / HI

Rééducation des enfants 

Attente de paralysie cérébrale, Safaa présente des retards psychomoteurs. Grâce à la visite de l’équipe de Handicap International, elle bénéficie maintenant de séances de rééducation dont les frais sont couverts par l’association. La fillette de 2 ans est également suivie par un orthophoniste et un éducateur spécialisé : « Safaa fait des exercices avec le kinésithérapeute mais elle a du mal à se concentrer. Elle a aussi des difficultés à parler », explique sa mère.

Avant la rééducation, Safaa était incapable de marcher.

« Je devais la porter. Aujourd’hui, je suis contente, sa situation s’est améliorée. Je voudrais qu’elle aille à l’école. D'après les spécialistes, ma fille pourra sûrement rejoindre une école spécialisée. »

En Jordanie, Safaa, 2 ans et atteinte de paralysie cérébrale, est aidée par Handicap International

Informer les familles

Par l’intermédiaire de Handicap International, elle a rencontré une autre mère qui a des enfants atteints de paralysie cérébrale, aujourd’hui scolarisés. Cela lui a redonné espoir. Comme ils le font pour de nombreuses familles, les bénévoles de l'association ont proposé à la mère de Safaa une séance d’information sur le développement psychomoteur de l’enfant.

La petite enfance 

Les équipes mobiles de Handicap International sillonnent les rues d’Amman, Zarqa, Irbid, Mafraq et Jerash (dans le Nord de la Jordanie) pour repérer les enfants de moins de 6 ans. Quand ceux-ci présentent un handicap ou une difficulté, un diagnostic est établi permettant à l’équipe d’orienter l’enfant vers le centre où il pourra recevoir les soins dont il a besoin pour son développement. 450 enfants ont déjà pu bénéficier de ce programme lancé en juillet 2017.

Publié le : 15 février 2019
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Ukraine : « Les armes les plus sophistiquées, mutilantes et destructrices que j’ai vues »
© V. de Viguerie / HI
Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Ukraine : « Les armes les plus sophistiquées, mutilantes et destructrices que j’ai vues »

Gaëlle Smith, spécialiste de la réadaptation d’urgence à Handicap International, s’est rendue en Ukraine il y a quelques mois pour soutenir les équipes locales sur le terrain. Voici son témoignage.

Jolie et Lydia, deux sœurs réfugiées et handicapées accompagnées par HI
© E. Sellers / HI
Réadaptation

Jolie et Lydia, deux sœurs réfugiées et handicapées accompagnées par HI

La famille de Jolie et Lydia a fui les violences en RDC pour se réfugier dans le camp de Kalobeyei au Kenya. Handicap International soutient ces sœurs toutes deux handicapées.

« Avant, je voulais juste remarcher. Grâce à HI, je crois que je peux courir ! »
© HI
Réadaptation Urgence

« Avant, je voulais juste remarcher. Grâce à HI, je crois que je peux courir ! »

Comme de nombreux Ukrainiens, Nadezhda vit dans des conditions de santé précaires, aggravées par la guerre. La réadaptation fournie par Handicap International lui a permis de soulager ses douleurs et de retrouver de l'énergie.

*

(format: [email protected])

Je m'inscris