Goto main content
 
 

« Avec cette prothèse, je me sens enfin moi ! »

Réadaptation
Bangladesh

Blessé par balles lorsqu’il a fui vers le Bangladesh, Jubair, réfugié rohingya de 12 ans, n’espérait qu’une chose : pouvoir jouer au football sur ses deux jambes. C’est chose faite !

Au Bangladesh, un enfant essayant sa prothèse avec son orthoprothésiste.

Jubair essaie sa prothèse de jambe avec Jahangir Alam, orthoprothésiste de Handicap International. | © A. Noor / HI

Jubair, entouré de plusieurs autres jeunes réfugiés rohingyas dans une salle, guidé par les équipes de HI pour reprendre confiance et jouer au foot avec sa prothèse.Ce qui frappe en premier, c’est son sourire. Jubair a tenu à se faire couper les cheveux et mettre une belle chemise pour l’occasion. C’est un grand jour pour ce jeune réfugié rohingya de 12 ans !

Il vient de recevoir sa toute première prothèse de la jambe gauche. « Un miracle », pour sa maman Rukaiya. Le moment de redevenir enfin « lui », explique Jubair avec ses mots :

« Je suis vraiment très heureux ! Jusqu’à présent, c’était comme s’il manquait une partie de moi-même, je me sens "entier", "complet"... Je vais pouvoir marcher et jouer au football comme avant, sans hésitation, librement. »

Blessé par balle à 7 ans

Jubair a fui le Myanmar avec ses quatre frères et sœurs et sa mère pour rejoindre le Bangladesh en 2017. Alors qu’il traversait la frontière, une balle a transpercé sa jambe gauche. À l’époque, Jubair n’avait que 7 ans.

« Mon fils est immédiatement tombé au sol. J’ai demandé de l’aide autour de moi, on a essayé de stopper les saignements avec des feuilles, des morceaux de vêtements, tout ce qu'on pouvait trouver... »

Heureusement, la famille n'était qu’à quelques mètres de la frontière. Une fois au Bangladesh, l’enfant a été rapidement pris en charge à l’hôpital. Jubair a dû être amputé de sa jambe gauche.

Le soutien de l'équipe mobile de HI

Jubair faisant des exercices de rééducation avec le kinésithérapeute.« Peu de temps après, l’état de mon fils s’est aggravé. Jubair souffrait de douleurs fantômes, il pleurait jour et nuit. Il n’arrivait pas à tenir debout sur une seule jambe, alors, il restait dans un coin de notre abri toute la journée. C’était très dur car il avait besoin de moi pour tout : manger, aller aux toilettes, se laver ! »

L’équipe mobile de Handicap International a rencontré Jubair lors d’une campagne de porte-à-porte en 2020 dans le camp de réfugiés de Cox’s Bazar. L’enfant a rapidement commencé des exercices de rééducation. Il a également reçu une paire de béquilles pour l’aider à se déplacer de manière autonome.

« Grâce aux béquilles et aux exercices de rééducation, mon fils a recommencé à aller jouer dehors, à se faire des amis. Handicap International nous a aussi accompagnés psychologiquement afin que nous soyons moins anxieux et que nous puissions rebondir après tout ce que nous avons vécu. »

Partir loin du camp de réfugiés

Jubair s'entraînant à marcher avec son kinésithérapeute à l'extérieur.S’il en a la chance un jour, il voudrait emmener sa mère en voyage, loin… très loin des camps de réfugiés bondés de Cox’s Bazar.

Jubair a bénéficié de sa prothèse grâce au soutien du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, comme cinq autres personnes depuis début 2023.

Publié le : 28 juin 2023
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Tchad : les blessés du conflit au Soudan soutenus par HI à l’hôpital d’Adré
© HI
Réadaptation Santé Urgence

Tchad : les blessés du conflit au Soudan soutenus par HI à l’hôpital d’Adré

400 000 personnes ont passé la frontière du Tchad pour fuir le conflit au Soudan voisin. De nombreux blessés par balle ont besoin de soins médicaux et chirurgicaux, et de services de réadaptation.

Les Marocains ont besoin d’être mis à l’abri
© Bulent Kilic / AFP
Réadaptation Santé Urgence

Les Marocains ont besoin d’être mis à l’abri

Près d’une semaine après le séisme au Maroc, les chiffres sont alarmants : plus de 380 000 personnes ont été touchés par la catastrophe, parmi lesquels des milliers d'habitants qui n’ont plus de toit.

Abderamane est fier de pouvoir à nouveau se tenir debout
© HI
Réadaptation

Abderamane est fier de pouvoir à nouveau se tenir debout

Abderamane a dû être amputé de ses deux jambes après la mauvaise prise en charge d’une blessure. Grâce à sa détermination et avec le soutien de Handicap International, il a retrouvé l'espoir.