Goto main content
 
 

« Une fois le diagnostic établi, nous pouvons agir »

Réadaptation Santé
Jordanie

Les équipes mobiles de Handicap International en Jordanie repèrent les enfants handicapés pour les orienter vers les centres médicaux compétents. Ils pourront alors recevoir les services dont ils ont besoin.

Esra, bénévole de Handicap International en Jordanie, identifie les besoins liés au développement d'Ossama

Esra, bénévole, identifie les besoins liés au développement d'Ossama | © Oriane van den Broeck / HI

Les maraudes de HI

Une équipe de Handicap International (HI) sillonne les rues des villes jordaniennes de Zarqa et de Ruseifah, en périphérie d’Amman, pour recenser les enfants âgés entre 0 et 6 ans. Objectif : évaluer les enfants, assurer le suivi de leur développement et en cas de retard ou de trouble, orienter les familles vers des spécialistes. L’équipe rend visite à la famille d’Ossama, 5 ans. À l’âge de 2 ans, Ossama a attrapé une méningite qui a laissé des séquelles : depuis, le garçon est atteint de troubles du comportement et de la parole.

« Ossama est hyperactif. Il ne sait pas communiquer correctement. Il joue avec le feu ou des couteaux sans conscience du danger. Les fenêtres restent fermées nuit et jour. Nous avons toujours peur qu’il se blesse », confie sa mère. 

Séquelles d’une maladie grave 

La situation du garçon ne lui permet pas d’être scolarisé : « Il était censé commencer cette année. J’aimerais l’inscrire à l’école si son état s’améliore. Surtout pour le langage. Mais aujourd’hui, il est impossible de le laisser seul prendre le bus pour aller l’école. Nous ne pouvons pas le laisser sans surveillance ».

Soutenir le développement de l’enfant

Les parents d’Ossama espèrent qu’il pourra un jour communiquer normalement : « Ses frères jouent avec lui et lui parlent. Il comprend tout mais il est incapable de leur répondre. Il ne sait prononcer que quelques mots », confient les parents du garçon.

Grâce à la visite de Handicap International, Ossama a été référé au centre de santé primaire du camp Marka Hitten, partenaire de l’association. Les spécialistes du centre vont pouvoir le rencontrer, établir un diagnostic précis et le prendre en charge. Le coût de la consultation et des séances de rééducation sera entièrement couvert par Handicap International.

Publié le : 29 janvier 2019
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Ukraine : « Les armes les plus sophistiquées, mutilantes et destructrices que j’ai vues »
© V. de Viguerie / HI
Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Ukraine : « Les armes les plus sophistiquées, mutilantes et destructrices que j’ai vues »

Gaëlle Smith, spécialiste de la réadaptation d’urgence à Handicap International, s’est rendue en Ukraine il y a quelques mois pour soutenir les équipes locales sur le terrain. Voici son témoignage.

Jolie et Lydia, deux sœurs réfugiées et handicapées accompagnées par HI
© E. Sellers / HI
Réadaptation

Jolie et Lydia, deux sœurs réfugiées et handicapées accompagnées par HI

La famille de Jolie et Lydia a fui les violences en RDC pour se réfugier dans le camp de Kalobeyei au Kenya. Handicap International soutient ces sœurs toutes deux handicapées.

« Nous avons besoin de soutien psychosocial comme nous avons besoin d’eau au quotidien »
© HI
Santé

« Nous avons besoin de soutien psychosocial comme nous avons besoin d’eau au quotidien »

Après que sa maison a pris le feu pendant son sommeil, Hawa a développé un stress émotionnel. Le soutien psychosocial fourni par Handicap International l’a aidée à retrouver une certaine tranquillité d’esprit.