Goto main content
 
 

Rashid, 4 ans : « Je suis heureux de pouvoir me tenir debout »

Réadaptation
Kenya

La famille de Rashid a fui la RDC en 2018. Le petit garçon vit désormais dans le camp de réfugiés de Kakuma, au Kenya, et a reçu l'aide de Handicap International.

Le petit Rashid et sa mère Julienne dans le camp de Kakuma au Kenya en avril 2022

Le petit Rashid et sa mère Julienne dans le camp de Kakuma au Kenya en avril 2022 | © HI

Voici le portrait de Rashid, enfant handicapé de 4 ans, qui vit presque depuis sa naissance dans un camp de réfugiés.

Rashid, jeune réfugié handicapé

Alors que la famille vivait encore en République démocratique du Congo dans la région de Kivu, Julienne, la maman de Rashid, a remarqué rapidement qu’à un an et demi, son fils avait des difficultés à marcher et ne savait pas d'où venait le problème.

« J'ai vu que Rashid avait un problème lorsqu'il a commencé à marcher. Il ne marchait pas comme les autres enfants. Je ne pouvais pas expliquer d'où cela venait car personne dans la famille n'avait le même problème. »

Julienne, la mère de Rashid

La famille de Rashid décide ensuite de fuir les violences et les combats dans le Nord-est de la RDC, en février 2018. Elle se réfugie dans le camp de Kakuma, au Kenya. Là, les autres enfants se moquent de Rashid à cause de son handicap. Il ne peut pas jouer avec eux et se sent exclu.

« Les autres enfants le rejetaient et se moquaient de lui », raconte sa mère.

La nouvelle vie de Rashid

Rashid après ses opérations.Rashid avant les opérations de ses jambes.Rapidement, l’équipe de réadaptation de Handicap International du camp de Kakuma diagnostique une déformation aux genoux chez le jeune garçon. En septembre 2021, il bénéficie d’une opération sur l'une de ses jambes à l’hôpital missionnaire de Kakuma, qui travaille en collaboration avec l'association. Le but de cette opération est de corriger la déformation en éventail de ses genoux. L’opération est un succès, ce qui permet d’opérer ensuite son autre jambe. Après plusieurs mois plâtré, Rashid marche désormais sans problème. Il poursuit aujourd'hui les exercices de renforcement musculaires et de mobilité.

« Je suis très heureux de me tenir debout sans que les autres enfants se moquent de moi ! »

Rashid, 4 ans

Sa mère Julienne est également très heureuse de voir son fils guéri. Rashid va de nouveau à l’école primaire de Shambela et s’est fait beaucoup d’amis. Il est très apprécié par ses professeurs qui le trouvent amical et plein d’entrain.


Le camp de réfugiés Kakuma

Situé dans le comté de Turkana, au nord-ouest du Kenya, le camp de réfugiés de Kakuma a été établi en 1992. Il accueille plus de 200 000 réfugiés issus de 13 pays. Plus de 40 % des réfugiés sont Sud-Soudanais et plus de 30 % Somalis.

Handicap International vient en aide à plus de 15 000 personnes dans le camp de Kakuma. L’association apporte une aide en réadaptation, santé mentale et soutien psychosocial. Elle mène également un programme de protection des enfants, un camp de réfugiés pouvant être un environnement violent avec une forte criminalité. Ces actions sont financées par le Gouvernement américain.

Les camps de réfugiés : du provisoire au permanent
« Être réfugié est une histoire sans fin pour des millions de personnes dans le monde, en particulier pour les personnes handicapées qui rencontrent de grandes difficultés pour recevoir une aide humanitaire et qui sont vulnérables à la discrimination et à la violence : au Moyen-Orient, depuis 2011, 5,6 millions de Syriens ont fui la Syrie vers les pays voisins et rien n'indique aujourd'hui qu'ils pourront rentrer chez eux.... Une étude menée par Handicap International et iMMAP en 2018 montre que 60 % des ménages de réfugiés syriens comprennent une personne handicapée, et 1/5 des réfugiés au Liban et en Jordanie ont un handicap. Les camps de réfugiés ou les campements informels dans les zones urbaines se multiplient dans le monde entier et deviennent une alternative permanente pour des millions de familles, comme le camp de Kakuma, au Kenya, qui a été créé en 1992 et accueille toujours 200 000 personnes. Dans de nombreux camps de réfugiés dans le monde, Handicap International continue de soutenir les adultes et les enfants handicapés, principalement avec des soins en réadaptation et un soutien en santé mentale. »
Anne Héry, Directrice du plaidoyer chez HI
Publié le : 20 juin 2022
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Ukraine : « Les armes les plus sophistiquées, mutilantes et destructrices que j’ai vues »
© V. de Viguerie / HI
Mines et autres armes Réadaptation Urgence

Ukraine : « Les armes les plus sophistiquées, mutilantes et destructrices que j’ai vues »

Gaëlle Smith, spécialiste de la réadaptation d’urgence à Handicap International, s’est rendue en Ukraine il y a quelques mois pour soutenir les équipes locales sur le terrain. Voici son témoignage.

Jolie et Lydia, deux sœurs réfugiées et handicapées accompagnées par HI
© E. Sellers / HI
Réadaptation

Jolie et Lydia, deux sœurs réfugiées et handicapées accompagnées par HI

La famille de Jolie et Lydia a fui les violences en RDC pour se réfugier dans le camp de Kalobeyei au Kenya. Handicap International soutient ces sœurs toutes deux handicapées.

Susan : « mon école est différente des autres »
© Elizabeth Sellers / HI
Inclusion

Susan : « mon école est différente des autres »

Dans le camp de réfugiés de Kalobeyei au Kenya, les élèves ont accès à une éducation inclusive grâce au soutien de Handicap International. Susan, directrice de l’école, explique les bienfaits de ce type d'établissement.