Goto main content
 
 

Ukraine : « Les armes les plus sophistiquées, mutilantes et destructrices que j’ai vues »

Mines et autres armes Réadaptation Urgence
Ukraine

Gaëlle Smith, spécialiste de la réadaptation d’urgence à Handicap International, s’est rendue en Ukraine il y a quelques mois pour soutenir les équipes locales sur le terrain. Voici son témoignage.

Dégâts à Kiev après la chute d'un missile dans la nuit sur un centre commercial et son parking. Photo d'archive Handicap International - mars 2022

Dégâts à Kiev après la chute d'un missile dans la nuit sur un centre commercial et son parking. Photo d'archive mars 2022 | © V. de Viguerie / HI

« Je suis allée en Ukraine pour soutenir une requête que nous avait adressé un hôpital régional situé à Dnipro. Il leur fallait un spécialiste pour accompagner leurs professionnels de la réadaptation dans le traitement des blessés de guerre, c’est-à-dire des patients polytraumatisés par une explosion, durant les premiers stades de leur prise en charge. »

Gaëlle Smith, spécialiste de la réadaptation d’urgence à HI

Le voyage vers l'Ukraine

En qualité de spécialiste de la réadaptation, je sais comment me préparer avant de me rendre dans une zone de conflit pour un déploiement d’urgence, car j’ai déjà travaillé dans des contextes similaires. Je sais que je peux compter sur le soutien sans faille de la Direction d’urgence de Handicap International ainsi que de mes collègues, de ma famille et de mes amis. Mais pour la réalité que j’ai dû affronter en arrivant en Ukraine, lorsque j’ai pleinement réalisé ce que les civils avaient enduré et continuent de vivre nuit et jour, pour ça il n’existe aucune préparation.

C’est en passant la frontière entre la Roumanie et l’Ukraine que j’ai commencé ma prise de conscience. Pour avoir suivi l’actualité depuis le Royaume-Uni, je savais que les gens faisaient la queue pendant des jours pour quitter l'Ukraine, et je m’étais demandé ce qu’ils pouvaient bien penser et ressentir, sachant que la plupart des hommes restaient. Je m’étais demandé si j’en serais capable, et comment je me sentirais. Pourrais-je vraiment partir en laissant mon père derrière moi ? Voir mes beaux-frères devoir quitter leur famille... Et nous, devoir partir, sans savoir ce qu’il adviendrait d’eux ?

Notre périple a continué par la route, traversant ainsi Dnipro, les postes de contrôle devenant de plus en plus nombreux à mesure que nous avancions vers l’est.

La réalité implacable de la guerre

Dans notre progression sur le territoire ukrainien, ce qui m’a frappée c’était le contraste entre les villes et les villages capables de continuer leur vie, malgré le risque permanent d’être attaqués, et les localités véritablement passées en mode survie face à la réalité implacable de la guerre. Je ne pouvais pas m’empêcher de penser à ma ville natale, en Écosse, où nous vivons paisiblement en toute sécurité sans avoir conscience de notre chance. J’ai le plus grand respect pour la résilience de ces populations touchées par la guerre.

Dnipro, la ville où Gaëlle allait travailler, est devenue un centre logistique pour l’aide humanitaire, ainsi qu’une ville d’accueil pour les personnes fuyant les combats. Elle est située à peu près à équidistance de la plupart des zones de combat : Donetsk, Marioupol, Kherson et Kharkiv se trouvent toutes dans un rayon de 350 km. En conséquence, les services de santé de Dnipro subissent une pression énorme.

Les hôpitaux submergés par les besoins

L’hôpital dans lequel je suis intervenue possède 11 blocs opératoires avec le personnel nécessaire. Ces blocs fonctionnent tous sans interruption en raison du flot continu d’ambulances chargées de patients blessés arrivant des différents fronts, ainsi que d’autres régions continuellement bombardées. Autour de moi, toutes les équipes faisaient preuve d’un haut niveau de compétences, de connaissances et d’engagement, dans tous les aspects des soins aux patients. Cependant, le nombre croissant de patients poussait le personnel à travailler toujours plus, sans prendre les pauses pourtant indispensables. Le soutien de Handicap International pour fournir du personnel de réadaptation et le matériel médical nécessaire a été plus que bienvenu, et pour ma part, j’ai tout de suite été accueillie et intégrée à l’équipe comme faisant partie intégrante de l’hôpital.

L’un des risques auxquels les équipes doivent faire face est le burnout. Le rythme effréné du travail à accomplir, sa complexité et sa quantité, ne leur laissent aucun répit. Les sirènes retentissent nuit et jour pour prévenir d’un éventuel bombardement. Tous les membres de l’équipe pensent constamment à leur propre sécurité et à celle de leurs collègues, ainsi qu’à la sécurité des patients et de la communauté tout entière. Dans ces conditions, comment se reposer et recharger ses batteries ?

En général, cet hôpital compte 750 lits, toutes spécialités confondues. Depuis la fin du mois de février, d’autres lits ont été ajoutés, certaines gardes ont été réaffectées, et certains services ont été déplacés vers d’autres hôpitaux plus petits. L’établissement compte désormais plus de 1 000 lits, tous occupés par des patients blessés ou tombés malades à cause de la guerre.

La réadaptation précoce, vitale pour les blessés de guerre

Les déflagrations d’armes explosives entraînent des risques de blessures multiples et variées. Tout d’abord, la pression générée par l’explosion peut avoir un impact sur les poumons, les oreilles, les yeux et les intestins. Puis l’explosion en elle-même et les éclats d’obus peuvent causer des fractures et diverses blessures pouvant nécessiter une amputation. Après une explosion, les corps projetés peuvent souffrir de traumatisme cérébral ou de lésion de la moelle épinière. Enfin, la fumée, la poussière et les produits chimiques respirés peuvent entraîner des brûlures cutanées et des lésions des voies respiratoires. À Dnipro, les patients présentaient tous un mélange de ces types de blessures. Certaines blessures peuvent déjà à elles seules être très graves, mais quand elles associées à d’autres, on se retrouve face à des cas très compliqués.

Chez les patients blessés de guerre, commencer la réadaptation à un stade précoce[1] de même que la poursuivre, est absolument vital. Commencée rapidement, la rééducation fonctionnelle favorise le rétablissement et la cicatrisation, et prévient les complications. Il est essentiel d’accompagner les patients dès le premier jour (ainsi que leurs proches et leurs soignants) ayant besoin de réadaptation. Il faut leur expliquer la nature de leurs blessures et ce qu’elles impliquent pour le présent, et éventuellement pour l’avenir. Handicap International fournit aussi un soutien psychologique et psychosocial car aider les personnes touchées sur le plan émotionnel et psychique est tout aussi important pour se reconstruire.

Chaque jour, de nouveaux civils blessés

« Les armes utilisées en Ukraine touchent tout le monde et sont les plus sophistiquées, les plus mutilantes et les plus destructrices que j’ai jamais vues. Les hôpitaux, les professionnels de santé et de réadaptation, et toutes les structures de soins font un travail incroyable, mais c’est un crève-cœur que de les voir manquer de ressources pour soigner tous les civils blessés. Chaque jour, de nouveaux blessés arrivent et cela ne s’arrêtera pas avec la fin de la guerre, mais seulement avec la neutralisation de tous les engins explosifs sur le territoire. »

Les équipes de Handicap International en Ukraine aident les personnes les plus vulnérables victimes du conflit, y compris les personnes blessées, handicapées, âgées, ou souffrant d’une maladie chronique. Nos activités incluent les soins de réadaptation d’urgence, l’accompagnement psychologique et le soutien psychosocial, et comprendront prochainement également des sessions d’éducation aux risques afin de prévenir les accidents liés aux engins explosifs.

Notre action vitale n’est possible que grâce à nos généreux soutiens, merci à tous !


[1] La réadaptation précoce consiste à intervenir très tôt afin d’offrir aux patients le meilleur résultat possible. Elle se concentre sur l’optimisation de la fonction et de la mobilité afin de prévenir une détérioration de l’état de santé et de réduire le handicap. Elle vise à favoriser le rétablissement afin que les patients puissent reprendre leurs activités quotidiennes. Au cœur de cette approche se trouve la prise en compte de l’environnement et du bien-être psychosocial du patient dans les soins prodigués.

En savoir plus sur la réadaptation précoce en situation de conflit ou de catastrophe (PDF)

Publié le : 28 septembre 2022
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Jean Mario, rescapé du séisme, reçoit le soutien de HI
© W. Laurore / HI
Réadaptation Santé

Jean Mario, rescapé du séisme, reçoit le soutien de HI

Jean Mario Joseph a été très affecté par le séisme d’août 2021 en Haïti. Amputé de la jambe droite, il a reçu des soins en réadaptation et un suivi psychosocial.

HI vient en aide aux enfants malnutris dans un camp de réfugiés éthiopien
© M. Patten / HI
Prévention Réadaptation

HI vient en aide aux enfants malnutris dans un camp de réfugiés éthiopien

En Éthiopie, les enfants sont de plus en plus confrontés à l'insécurité alimentaire. Les équipes de Handicap International utilisent la thérapie de stimulation pour les enfants malnutris afin de prévenir les retards de développement.

L’augmentation de l'utilisation des mines due à la Russie, au Myanmar et aux groupes armés non étatiques
© F. Vergnes / HI
Mines et autres armes

L’augmentation de l'utilisation des mines due à la Russie, au Myanmar et aux groupes armés non étatiques

Publié le 17 novembre, le rapport de l’Observatoire des mines 2022 fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines – dont les mines improvisées et les restes explosifs de guerre – pour la septième année consécutive.