Goto main content
 
 

25 ans du Traité d'Ottawa : aider les victimes de mines est dans l'ADN de Handicap International depuis le début

Mines et autres armes Réadaptation
International

L'assistance aux victimes de mines est l'une des principales obligations du Traité d'Ottawa, signé le 3 décembre 1997. C'est aussi la raison d'être de Handicap International depuis sa naissance en 1982.

Au Yémen, Abdulaleem a été victime de l'explosion d'une mine et a dû être amputé.

Au Yémen, Abdulaleem a été victime de l'explosion d'une mine et a dû être amputé. | © ISNAD Agency / HI

L'histoire de HI se mêle à celle des victimes de mines terrestres

Handicap International, "HI", a été créée il y a 40 ans pour répondre à l'indignation suscitée par les dégâts humains causés par les mines terrestres. En 1982, l'association a mené son premier projet pour fournir des services, notamment la fourniture de prothèses à 6 000 réfugiés cambodgiens qui avaient été blessés ou avaient perdu des membres dans des accidents dus aux mines en fuyant le régime des Khmers rouges. Dix ans plus tard, en 1992, les équipes de Handicap International avaient déjà apporté leur aide à plus de 10 000 personnes dans 26 pays lorsque leur travail pour lutter contre l'impact humain des mines terrestres a été renforcé par un engagement politique visant à interdire ces "armes des lâches". Ce mouvement inédit, porté par les organisations de la société civile, a conduit à la signature du Traité d'Ottawa en décembre 1997, le premier au monde à interdire une arme conventionnelle.

Les souffrances causées par les mines antipersonnel

Les mines tuent et mutilent les personnes. Elles causent des dommages physiques et psychologiques, affectent les moyens de subsistance des personnes et peuvent entraîner une marginalisation sociale. Les victimes des mines terrestres sont non seulement les personnes blessées et tuées, mais aussi leurs familles et leurs communautés, car leurs terres sont contaminées par ces armes et autres munitions explosives. Le fait d'être un survivant des mines terrestres déclenche une réaction en chaîne qui peut conduire au handicap et à l'exclusion :

  • La blessure entraîne souvent une amputation qui, sans les soins de réadaptation nécessaires, peut entraîner un handicap permanent.
  • La personne peut perdre son emploi et ses revenus en raison d'attitudes discriminatoires. Si elle était le seul soutien de famille, tout le foyer peut être plongé dans la pauvreté.
  • La perte d'un membre peut entraîner une dépression en raison de la façon dont la société perçoit les personnes handicapées et des changements dans la perception de soi.
  • Les préjugés à l'égard des personnes handicapées peuvent conduire à leur exclusion de tous les autres aspects de la vie sociale, tels que les rassemblements culturels, les mariages et autres célébrations.
  • Des obstacles supplémentaires, notamment des bâtiments et des informations inaccessibles ou des politiques et des lois discriminatoires, signifient souvent que les droits des personnes handicapées ne sont pas respectés ou réalisés.

Le taux de mortalité est plus élevé chez les femmes et les filles blessées par des engins explosifs, y compris les mines terrestres, car elles ont moins de chances de bénéficier de premiers soins immédiats. Elles ont également tendance à avoir moins accès aux services de réadaptation, au travail et à l'école que les garçons et les hommes.

Les objectifs de l'assistance aux victimes

L'assistance aux victimes est une disposition obligatoire du Traité d'Ottawa. Chaque État qui adhère au traité a le devoir d'aider les victimes en mettant en œuvre des activités spécifiques ou en soutenant financièrement ces activités. Les plus importantes sont les soins médicaux d'urgence, les services de réadaptation (y compris la fourniture de prothèses et d'orthèses), le soutien psychologique et la facilitation du retour à l'école, au travail et à d'autres aspects de la vie sociale.

L'objectif est de favoriser l'inclusion des survivants et des autres personnes handicapées dans la société.

Les défis à relever pour soutenir les victimes

La majorité des accidents se produisent dans des pays à faible revenu où les services de réadaptation, notamment, sont très rares. Les médecins et les structures médicales sont généralement situés dans les villes, tandis que les survivants d'accidents vivent dans des zones rurales éloignées. Les équipes médicales n'ont souvent pas de formation adéquate en matière d'amputation. La réponse des services de santé mentale et de soutien psychosocial tend à être insuffisante lorsqu'il s'agit de répondre aux besoins de santé mentale des survivants et des victimes indirectes. 30 % des victimes ne survivent pas à l'accident en raison du manque de premiers soins. La formation des volontaires communautaires aux premiers secours peut réduire ce taux de mortalité jusqu'à 12 %.

L'assistance aux victimes doit être assurée tout au long de leur vie : un enfant qui perd une jambe dans un accident de mine terrestre à l'âge de 4 ans aura besoin d'environ 40 prothèses de jambes au cours de sa vie. En 2021, seuls 6 % de la contribution financière mondiale à l'action humanitaire contre les mines a été affectée à l'assistance aux victimes, tandis que les autres financements humanitaires et de développement sont loin de garantir que les services nécessaires sont fournis et que les barrières sociales sont réduites et finalement éliminées. 34 États parties au Traité d'Ottawa comptent encore un nombre important de victimes de mines terrestres.

Publié le : 1 décembre 2022
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
[email protected]
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail [email protected]

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
[email protected] 
Voir l'espace Presse

Collectes frauduleuses

Des escroqueries à la charité peuvent être commises en notre nom dans l'espace public, par téléphone ou par e-mail. Consultez notre page dédiée pour toute information ou contactez-nous directement au 04 78 69 67 00 ou par e-mail : [email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Laos : 50 ans après, le triste héritage de la guerre du Vietnam
© Tim Dirven - Panos
Mines et autres armes

Laos : 50 ans après, le triste héritage de la guerre du Vietnam

50 ans après les Accords de Paris du 27 janvier 1973, l’héritage des bombardements massifs lors de la guerre du Vietnam est bien tangible. Le Laos voisin a été particulièrement touché, alors même qu’il n’était pas partie au conflit. Le pays est aujourd’hui considéré comme l’un des plus pollués au monde par les armes à sous-munitions.

« Voir les enfants que j'aide aller à l'école et réussir est très inspirant »
© A. Thapa / HI
Réadaptation

« Voir les enfants que j'aide aller à l'école et réussir est très inspirant »

Ambika Sharma travaille en tant qu’orthoprothésiste depuis plus de dix ans. Elle nous explique à quoi ressemble sa vie et son quotidien professionnel au Népal.

Rien ne peut arrêter Prabin !
© A. Thapa / HI
Inclusion Réadaptation

Rien ne peut arrêter Prabin !

Prabin, 6 ans, est né avec une partie de sa jambe droite non développée. Handicap International l'a rencontré il y a cinq ans au centre de réadaptation de Biratnagar, au Népal. Depuis, il a réalisé d'énormes progrès.