Déplier le menu

Yémen

Les équipes d’urgence de Handicap International sont à pied d’œuvre auprès des victimes du conflit au Yémen. Elles leur apportent des aides matérielles et un soutien psychosocial.

Partagez cette fiche pays

Les équipes d’urgence de Handicap International sont à pied d’œuvre auprès des victimes du conflit au Yémen. Elles leur apportent des aides matérielles et un soutien psychosocial.
Les équipes d’urgence de Handicap International sont à pied d’œuvre auprès des victimes du conflit au Yémen. Elles leur apportent des aides matérielles et un soutien psychosocial.

Actions en cours

Les besoins en termes de réadaptation ont fortement augmenté avec l’explosion du nombre de blessures dues au conflit. Les centres de réadaptation et les hôpitaux gouvernementaux n’ont pas la capacité de répondre à la demande croissante de soins, car ils manquent d’équipement dédiés, et ne distribuent pas d’aides à la mobilité aux personnes en ayant besoin. En outre, les techniques appropriées de prise en charge des blessés en contexte de conflit (réadaptation précoce) n’étaient pas ou mal connues par les personnels de santé. Les kinésithérapeutes n’ont ainsi pas les capacités de prendre en charge les personnes blessées de façon adéquate et qualitative. Enfin, les hôpitaux n’offrent pas de services de soutien psychosocial aux personnes blessées par le conflit.

Handicap International mène des actions de formation au sein de deux hôpitaux et d’un centre de réadaptation (Hôpital Al Thawra, Hôpital universitaire Al Jumhouri, Centre for Artificial Limb and Physiotherapy) à Sana’a pour améliorer l’offre de services aux personnes affectées par le conflit (personnes blessées et leurs proches).

Handicap International distribue des aides techniques à la mobilité aux structures de santé appuyées, afin que les personnes blessées puissent rapidement retrouver leur autonomie. L’association organise également des séances de soutien psychosocial au bénéfice des victimes du conflit et de leurs proches.

Enfin Handicap International est également engagée auprès des principaux acteurs pour renforcer l’inclusion des personnes les plus vulnérables dans la réponse d’urgence apportée par les organisations humanitaires, à travers des actions de plaidoyer et une participation active aux mécanismes de coordination.

Paroles du Terrain

  • Secourir les victimes

Le Yémen s’enfonce dans le chaos dans l’indifférence générale

Un an après le début de l’offensive de la coalition armée menée par l’Arabie Saoudite, six ONG* qui travaillent au Yémen, dont Handicap…
  • Secourir les victimes

Bushra, 24 ans, veut retrouver une vie normale

Blessée lors d’un bombardement, Bushra reçoit de l’aide des équipes de Handicap International qui fournissent des soins aux victimes du conflit dans…
  • Secourir les victimes

Yémen : les Nations unies doivent lancer un processus de paix

Handicap International et dix autres organisations appellent le Conseil de sécurité des Nations unies, dans une lettre conjointe adressée le 19 octobre…

AIDEZ-LES concrètement

Situation du pays

Malgré l’unification du pays en 1990, le Yémen est secoué par un conflit complexe nourri, d’une part, par les divisions politiques qui ont subsisté malgré la fusion du Nord-Yémen et du Sud-Yémen, et, d’autre part, par la situation économique précaire du pays.

En 1994, le pays a été déchiré par une guerre civile opposant les armées du Nord et les armées du Sud. Le Nord, du président Ali Abdullah Saleh, en est sorti vainqueur, provoquant l’exil des opposants politiques et des séparatistes du Sud-Yémen. Malgré des victoires écrasantes aux élections (en 1993, 1999, 2006), le pouvoir central est régulièrement contesté, notamment par les partisans du chef religieux chiite Hussein Badreddin al-Houthi (le mouvement des « houthistes »), insurgés depuis 2004.

En 2009, l’expansion de l’organisation terroriste Al Qaeda dans la Péninsule Arabique (issue de la fusion des branches saoudienne et yéménite d’Al Qaeda), dont la base se trouve au Yémen, a également contribué à la déstabilisation du pays.

En 2011, toutes les franges de l’opposition se soulèvent contre l’extension du mandat du président Ali Abdullah Saleh, en poste depuis 1990. La répression violente des manifestations (plus de cinquante morts) plongent le pays dans une nouvelle crise politique.

Les violations répétées des droits humains par les autorités en place sont condamnées par le conseil de sécurité des Nations Unies. Le président est obligé d’accepter une transition politique, facilitée par le Conseil de Coopération du Golfe (GCC), qui aboutit à l’élection d’Abd Rabbo Mansour Hadi en février 2012. Toutefois le départ de Ali Abdullah Saleh n’a pas signifié la fin des problèmes du Yémen : la crise multiforme qui touche le Yémen s’est aggravée; début 2015, le président Hadi est forcé de se replier dans le Sud du pays après la prise de Sana’a par les milices chiites houthistes en janvier 2015.

Le 26 mars 2015, une coalition militaire menée par l’Arabie saoudite a commencé des opérations contre les milices chiites houthistes pour freiner leur avancée sur le terrain. D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le conflit au Yémen a fait plus de 34 000 victimes (6 015 morts et 28 547 blessés) ; selon l’OHCHR (l’Office du Haut-Commissaire pour les droits de l’Homme) une grande partie des victimes sont des civils (au moins 2,795 morts, dont 747 enfants). Près de 2,5 millions de personnes ont dû se déplacer pour fuir les combats ; 21,2 millions de personnes ont besoin d’assistance ; 1,8 millions d’enfants sont à risque de malnutrition ; 14,4 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire (OCHA, Février 2016). En février 2016, l’OMS estime que 25 % des structures de santé du pays (hôpitaux, cliniques, dispensaires…) ont été entièrement ou partiellement détruites par le conflit. 14 millions de Yéménis n’ont pas d’accès suffisant à la santé.

Nos Actions pays par pays

Array

Comptes d’emploi des ressources