Le typhon Haiyan lui a pris sa jambe

  • Améliorer la santé mentale
  • Philippines

Diabétique, Domingo s'est blessé au pied en déblayant sa maison ravagée par le passage du typhon Haiyan dans sa ville de Tacloban. L'infection qui a suivi lui a coûté sa jambe. Handicap International lui fournit des soins médicaux et l'aide, lui et sa famille, à survivre.

Partagez cette actualité

Domingo et sa famille
Domingo et sa famille

Lorsque le typhon s'abat sur leur maison début novembre 2013, Domingo et sa famille doivent fuir très vite. Ils finissent par se réfugier dans l'école de leur quartier. Lorsque le calme revient, le constat est terrible : ils ont tout perdu.

« Dès la fin de la tempête, nous sommes allés inspecter les dégâts. Notre maison était détruite. Ma femme Vilma, et moi, étions terriblement déprimés », affirme Domingo en soupirant. « Nous étions presque déçus d'être encore vivants. »

Domingo se met immédiatement à la tâche. Il nettoie les débris, vérifie ce qui peut être récupéré, mais il se blesse au pied. Préoccupé par ses problèmes, il n'a ni l'idée, ni les moyens de se soigner et sa plaie s'infecte rapidement. Anodine au début, cette blessure entraîne la famille dans un nouveau calvaire, car Domingo est diabétique. Il souffre d'une complication fréquente de sa maladie, liée à une blessure au pied qui s'infecte et entraîne un ulcère qui, non soigné, provoque une infection généralisée.

« J'ai fini par ne plus pouvoir marcher. Ma femme m'a emmené à l'hôpital de Tacloban pour me faire vacciner contre le tétanos », raconte Domingo, alors que Vilma se met à pleurer en silence. « Mais cela n'a pas suffi. Cinq jours plus tard, pour me sauver, les médecins ont dû amputer ma jambe au-dessous du genou. »

Après l'amputation, Domingo est pris en charge à l'hôpital par deux kinésithérapeutes de Handicap International, mais les soins sont brusquement interrompus. Domingo a quitté les lieux à la demande de l'hôpital sans laisser de coordonnées... Le 12 décembre 2013, l'association le retrouve à l'occasion d'une distribution de tentes et de kits d'urgence aux victimes du typhon dans un quartier isolé de la ville. Il vit avec les siens. Quatorze personnes entassées dans une maison en piteux état, sans protection. La famille est plongée dans la misère et n'a aucune source de revenus car Domingo ne peut plus exercer son métier de chauffeur de tuktuk, le taxi local.

Handicap International leur fournit de quoi survivre : une tente, une cuve à eau, des matelas, des moustiquaires et des couvertures. Le moignon de Domingo s'est ouvert, son autre pied s'est aussi infecté. Henri, ergothérapeute pour Handicap International, est très préoccupé par son état de santé. Il lui procure un kit d'hygiène pour se soigner à domicile et des béquilles, et il l'oriente immédiatement vers l'hôpital. Domingo est réopéré avec succès : sa jambe est sauvée. Il lui faudra suivre sérieusement un traitement et des soins de réadaptation et rester vigilant pour éviter la moindre blessure.

Domingo espère pouvoir un jour être équipé d'une prothèse afin de conduire à nouveau son tuktuk. « Sans travail, je ne peux pas nourrir mes petits-enfants. Alors, sans ma jambe, je suis comme mort. »

Publié le 20 Janvier 2014.

Nos Actions pays par pays

Civils sous les bombes, ça suffit ! Notre volonté commune est une arme de reconstruction massive. Engagez-vous avec Handicap International, signez la pétition !


 

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse
Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

AIDEZ-LES concrètement