Sortie du rapport de Handicap International "Syrie, l’avenir mutilé"

  • Secourir les déplacés et/ou les réfugiés
  • Syrie

À l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés le 20 juin, Handicap International publie le rapport "Syrie, l’avenir mutilé" mettant en évidence les effets dévastateurs des bombardements sur les Syriens déplacés à l’intérieur du pays ou réfugiés en Jordanie et au Liban. L’association exhorte les parties prenantes au conflit à mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zones peuplées et rappelle que l’accès humanitaire doit être assuré pour répondre aux besoins des personnes impactées.

Partagez cette actualité

Handicap International Syrie. Qusai, 12 ans, a de nombreuses blessures au niveau de l’abdomen, d’un œil et des bras dues à des bombardements en Syrie.
Handicap International Syrie. Qusai, 12 ans, a de nombreuses blessures au niveau de l’abdomen, d’un œil et des bras dues à des bombardements en Syrie.
Qusai, 12 ans, a de nombreuses blessures au niveau de l’abdomen, d’un œil et des bras dues à des bombardements en Syrie.

Le rapport de Handicap International Syria, a mutilated future – A focus on the persons injured by explosive weapons* repose sur l’analyse effectuée entre juin 2013 et décembre 2015 de la situation de 25 000 personnes bénéficiaires des actions de l’association, déplacées en Syrie ou refugiées en Jordanie et au Liban. Ce rapport montre que 53 % des personnes interrogées présentent des blessures causées par des armes explosives.

Le rapport met en lumière les conséquences dévastatrices de l’utilisation des armes explosives en zones peuplées : 89 % des personnes blessées par des armes explosives ont un handicap temporaire ou permanent. 80 % d’entre elles montrent les signes d’une grande détresse psychologique. Elles sont 66 % à se sentir incapables de mener des activités quotidiennes essentielles en raison d’angoisse, de stress, ou d’épuisement physique ou moral. Comme Ali, pour qui la vie a basculé en un instant.

Alors que 47 % des blessés recensés dans le rapport souffrent de fractures simples ou complexes et que 15 % ont dû subir une amputation, Handicap International souligne que le manque d’accès aux soins aggrave les effets des armes explosives sur les blessés. L’absence de services médicaux adaptés – en raison de l’effondrement du système de santé en Syrie ou, dans les pays limitrophes, de l’incapacité des structures médicales à répondre aux besoins des réfugiés blessés – a des conséquences graves sur les patients : séquelles avec douleurs à vie, amputation, déformation du membre touché, handicap…

« Percutés violemment, les os des victimes s’émiettent, contrairement aux fractures classiques, plus nettes. Il est alors très difficile de les consolider, la guérison devient complexe. Une greffe osseuse est souvent nécessaire. Il arrive aussi fréquemment que les nerfs soient touchés, ce qui entraîne des paralysies. Les kinésithérapeutes locaux ne sont pas habitués à traiter les conséquences des blessures de guerre comme une amputation. » 
Pauline Falipou, référente Réadaptation à Handicap International

Des conséquences dévastatrices sur les civils

Toutes les parties prenantes au conflit recourant massivement à ce type d’armes, les conséquences sur la population civile sont terribles. Anne Héry, Directrice du plaidoyer à Handicap International : « En raison de leurs effets de souffle ou de fragmentation, les armes explosives tuent ou causent des blessures complexes. Leur large utilisation, associée à l’absence de prise en charge médicale et d’un soutien psychologique approprié en Syrie, a des conséquences dévastatrices sur la vie des personnes. Avec plus d’un million de blessés dans le pays, c’est toute une génération qui souffrira des séquelles de ces armes ».

Handicap International a lancé en septembre 2015 une campagne internationale pour mettre un terme au bombardement des civils. L’association appelle les États à rejoindre une déclaration politique pour mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zones peuplées et reconnaître les souffrances des populations civiles. À cet effet, l’association a cofondé la coalition INEW (International Network On Explosive Weapons) qui rassemble plusieurs organisations internationales et nationales.

 Votre voix compte ! Rejoignez-nous et signez la pétition contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées

* « Syrie, l’avenir mutilé – Focus sur les personnes blessées par des armes explosives », rapport disponible uniquement en anglais : téléchargez au format PDF

> Lire aussi le dossier (en français) Civils syriens, l’avenir mutilé

Méthodologie : Les chiffres sur les blessures ont été recueillis par Handicap International et ses partenaires lors d'entretiens directs avec les personnes déplacées et réfugiées dans les hôpitaux, les centres de réadaptation, les camps de réfugiés et les villages et quartiers en Syrie, en Jordanie et au Liban (région de la Bekaa) entre juin 2013 et décembre 2015. L'analyse est basée sur un total de 68 049 bénéficiaires interrogés. Parmi eux, 25 097 sont blessés : 14 471 en Syrie, 7 823 en Jordanie et 2 803 au Liban. 
Handicap International et la crise syrienne : Près de 750 000 personnes ont bénéficié d’actions entreprises par Handicap International depuis le lancement de ses opérations en 2012. Ses équipent proposent des services de réadaptation, du soutien psychologique et des distributions d’urgence pour répondre aux besoins fondamentaux des personnes blessées, handicapées et particulièrement vulnérables. L’association diffuse également des messages de sensibilisation et de sécurité auprès des populations locales afin de prévenir les accidents causés par des restes explosifs de guerre.

Publié le 20 Juin 2016.

Nos Actions pays par pays

Civils sous les bombes, ça suffit ! Notre volonté commune est une arme de reconstruction massive. Engagez-vous avec Handicap International, signez la pétition !


Engagez-vous !

DEVENEZ BENEVOLE

DEVENEZ MOB'ACTEUR

FAITES UN DON


Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse
Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

AIDEZ-LES concrètement