« Quand je serai grand, je veux être prof. »

  • Appareiller et rééduquer
  • Déminer les terres
  • Secourir les victimes
  • Jordanie
  • Syrie

Bashar, garçon syrien de 13 ans, est atteint d'arthrite juvénile. Grâce à son traitement, il va à l'école, joue au foot... comme tous les garçons de son âge. Jusqu'au jour où un obus le blesse à la jambe gauche. Aujourd'hui il est pris en charge par Handicap International en Jordanie.

Partagez cette actualité

Jeune Syrien pris en charge par Handicap International en Jordanie.
Jeune Syrien pris en charge par Handicap International en Jordanie.

Opéré rapidement en Syrie, Bashar est emmené par sa famille en Jordanie pour qu'il soit suivi en rééducation.

Là-bas, opéré une seconde fois, Bashar est plâtré et alité pendant de long mois. Mais trouver un kinésithérapeute est un véritable défi dans cette ville frontalière où affluent les Syriens blessés. Bashar ne bénéficiera pas toute de suite de soins de rééducation postopératoires.

Lorsque Handicap International le rencontre, le jeune garçon n'arrive plus à se lever. L'association lui fournit immédiatement un lit, une chaise roulante, un matelas anti-escarres, des couvertures et des orthèses pour l'aider à se tenir debout et marcher à nouveau. « Je n'étais pas sûr qu'il puisse retrouver l'usage complet de ses deux jambes » explique Mohammed, kinésithérapeute de Handicap International.

« Je viens le voir toutes les semaines pour lui faire pratiquer des exercices de rééducation et j'ai appris quelques mouvements simples à ses parents. Réalisés tous les jours, ces exercices vont lui permettre de retrouver sa mobilité. » poursuit-il.

Le rétablissement de Bashar sera long et rendu plus douloureux encore par l'arthrite mais il pourra à nouveau vivre debout sans appareillage. S'il avait bénéficié un an plus tôt de soins de kinésithérapie, un grand nombre de ses difficultés actuelles auraient été évitées.

Bashar qui ne va plus à l'école depuis sa blessure, explique « Quand je serai grand, je veux être prof. A l'école, ma matière préférée, c'était la musique.» Même s'il ne peut pas jouer d'un instrument à cause de son arthrite dans les mains, il n'est pas frustré pour autant. « J'aime bien chanter de temps en temps » confie-t-il, les yeux brillant de plaisir.

Publié le 24 Février 2014.

Nos Actions pays par pays

Civils sous les bombes, ça suffit ! Notre volonté commune est une arme de reconstruction massive. Engagez-vous avec Handicap International, signez la pétition !


 

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse
Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

AIDEZ-LES concrètement