Landmine Monitor 2014 : les progrès ne doivent pas masquer les besoins des victimes

Partagez cette actualité

Équipe de démineurs au Liban
Équipe de démineurs au Liban

Lyon, le 3 décembre 2014. La Campagne internationale contre les mines (ICBL) publie, le 3 décembre 2014, son rapport Landmine Monitor 2014, sur les progrès en matière de déminage et d’assistance aux victimes en 2013, dans le cadre du Traité d’Ottawa en vigueur depuis 1999. Ce rapport confirme la baisse significative des victimes causées par les mines antipersonnel et les restes explosifs de guerre. Handicap International, en tant que membre d’ICBL, souligne toutefois le travail encore à effectuer pour répondre aux besoins des victimes de mines et de REG. 

« Les pays déclarés libres de mines sont de plus en plus nombreux, a déclaré Marion Libertucci, responsable du plaidoyer chez Handicap International. Nous ne pouvons que nous réjouir que le Traité d’Ottawa traduise ses effets sur le terrain, contribuant à réduire les risques pour les communautés  exposées aux  mines et restes explosifs de guerre (REG). Mais il ne faut pas oublier les victimes : les personnes vivant avec un handicap causé par une mine ou des REG ont besoin de notre soutien, notamment pour la défense de leurs droits. »

« Au regard du rapport Landmine Monitor 2014, nous constatons que malgré les progrès évidents, de nombreux efforts restent à faire, a ajouté Marion Libertucci. Nous demandons aux gouvernements concernés par le problème des mines/REG de répondre aux besoins des victimes à travers des politiques nationales efficaces et des programmes assurant une insertion sociale des personnes handicapées. »

Pour Handicap international, aider les victimes dans le simple cadre des traités de désarmement n’est pas suffisant. L’assistance aux victimes doit être intégrée aux politiques de développement et à la défense des droits de l’Homme pour assurer que leurs droits soient pleinement respectés.

Handicap International rappelle que les mines antipersonnel ne font pas seulement des victimes physiques. La présence des mines et de restes explosifs de guerre pose encore de sérieux dangers aux communautés : elle restreint l’accès aux points d’eau ou aux infrastructures publiques, empêchant le développement des pays concernés. Des communautés entières restent menacées dans l’accomplissement de gestes quotidiens comme puiser de l’eau ou travailler son champ. Continuer à les soutenir dans leur effort pour décontaminer les sols et pour aider les survivants de mines, ainsi que les victimes indirectes, est essentiel afin d’améliorer de manière pérenne la qualité de vie des familles.

Landmines Monitor 2014

Selon le rapport 2014, 3 308 personnes ont été victimes de mines antipersonnel en 2013. Il s’agit du bilan le plus bas depuis 1999, année de la première publication du Monitor. Les victimes restent majoritairement des civils (79%).

L’utilisation des mines a été presque totalement éradiquée. Cette évolution indique que le Traité d’Ottawa est un succès.  

Le Traité compte 162 Etats parties. Seulement 35 Etats n’en sont toujours pas signataires. La dernière violation du Traité par l’un de ses membres, en l’occurrence le Yémen, date de 2011.

Les observateurs ont récemment fait état de l’existence de stocks dans le conflit qui oppose les forces gouvernementales d’Ukraine aux rebelles pro-russes. L’Ukraine est Etat partie au traité.

Près de 50 millions mines antipersonnel ont été détruites depuis 1999. Les Etats-Unis ont annoncé en juin 2014 qu’elles mettaient fin à la production et l’acquisition de mines antipersonnel, affirmant qu’ils s’efforceraient de se conformer à la Convention d’Ottawa dans le but - à terme -  de la ratifier. En septembre dernier, Washington a également annoncé qu’elle mettait fin à leur utilisation - excepté dans la péninsule coréenne - et œuvrerait à la destruction des stocks.

Pendant les dix dernières années, les transferts mondiaux de mines sont restés faibles. Des mines apparues au Soudan et au Yémen indiquent cependant une forme résiduelle de marché.

Encore 56 Etats, dont 32 Etats parties au Traité, sont contaminés par des mines antipersonnel. 40 pays sont dans la capacité de dépolluer leur territoire dans les 4 ans à venir.

Landmine and Cluster Munition

Le Landmine and Cluster Munition Monitor constitue le groupe de recherche de la Campagne internationale contre les mines et de la Coalition contre les bombes à sous-munitions (ICBL-CMC). Le Monitor est coordonné par le comité de recherche d’ICBL-CMC qui comprend une équipe d’experts et des représentants de quatre organisations non gouvernementales dont Handicap International. Membre fondateur d’ICBL, Handicap International a obtenu le prix Nobel de la paix en 1997.

Plus d’informations  sur: www.handicap-international.fr

Contact Presse: Sophie Gaguin : 04 26 68 76 47; sgaguin@handicap-international.fr

Publié le 4 Décembre 2014.

Nos Actions pays par pays

Civils sous les bombes, ça suffit ! Notre volonté commune est une arme de reconstruction massive. Engagez-vous avec Handicap International, signez la pétition !


Engagez-vous !

DEVENEZ BENEVOLE

DEVENEZ MOB'ACTEUR

FAITES UN DON


Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse
Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

AIDEZ-LES concrètement