Fièvre Ebola : 1 201 cas ont été recensés, dont 672 mortels

  • Améliorer la santé mentale
  • Liberia
  • Sierra Leone

L'épidémie de fièvre Ebola qui s'est déclarée en Guinée en mars dernier s'est rapidement propagée à la Sierra Leone et au Libéria voisins. À ce jour, 1 201 cas ont été recensés, dont 672 mortels. Mais c'est surtout l'accélération récente du nombre de contaminations qui préoccupe les spécialistes. Bruno Leclercq, directeur du programme de Handicap International en Sierra Leone et au Libéria, témoigne de l'inquiétude des populations sur place et de la mobilisation des acteurs humanitaires pour faire face à l'épidémie.

Partagez cette actualité

 Séance de sensibilisation sur ebola menée par Handicap International et ses partenaires locaux dans la zone de Freetown.
 Séance de sensibilisation sur ebola menée par Handicap International et ses partenaires locaux dans la zone de Freetown.

Pour tenter d'endiguer l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola, la présidente du Libéria a annoncé le 29 juillet que l'ensemble des écoles du pays seraient fermées jusqu'à nouvel ordre. Le 31 juillet, c'est le président Sierra Léonais qui décrétait cette fois l'état d'urgence et la mobilisation des forces de sécurité pour isoler les foyers d'infection du virus. Dans le même temps, des compagnies aériennes ont suspendu leurs vols à destination des pays touchés, et des entreprises étrangères ont rapatrié leur personnel expatrié. Plus inquiétant encore des hôpitaux ont fermé leurs protes, faute de personnel. « La propagation croissante de l'épidémie inquiète tout le monde, explique Bruno Leclercq, y compris nos équipes, dont le travail implique de se rendre dans des zones qui pourraient être contaminées. Nous avons mis en place des mesures de précautions, et nous ne nous rendons plus dans les districts les plus touchés, en particulier à l'extrême est de la Sierra Léone.

Handicap International est présente en Sierra Léone depuis 1996 et au Libéria depuis 2000, notamment au travers de projets d'éducation inclusive et de santé maternelle et infantile. Sur place, nos équipes se mobilisent pour soutenir les campagnes nationales de sensibilisation dans le cadre de la prévention de l'Ebola. « Nous relayons les messages de sensibilisation auprès de la population pour éviter que de nouvelles personnes ne soient contaminées, poursuit Bruno Leclercq, mais c'est souvent compliqué. Il faut par exemple convaincre des familles de ne pas pratiquer le lavage rituel des morts ou de ne pas s'alimenter de viande de brousse (chimpanzés, chauve-souris...) - qui compose pourtant une part importante et très appréciée de leur alimentation - parce que ces pratiques sont des vecteurs de propagation du virus.»

L'épidémie est déjà considérée comme la plus importante de l'histoire, et n'a malheureusement pas encore atteint son pic, ce qui inquiète les autorités sanitaires et pèse sur le moral des populations. « Cela nous occupe l'esprit en permanence. Les gens ne se serrent plus la main pour se saluer, ils se heurtent légèrement les poings pour limiter les risques de transmission de ce virus très contagieux. Des bacs d'eau chlorée sont disposés à l'entrée de bâtiments publics ou les locaux des ONGs. Et c'est une très bonne chose, il faut encourager tout le monde à être prudent, mais dans le même temps, il faut éviter de céder à la panique, pour pouvoir continuer à travailler sereinement à la diffusion de l'information sans quoi il ne sera pas possible de prévenir les contaminations, d'identifier, d'isoler, et de traiter les malades à temps. »

Publié le 7 Août 2014.

Nos Actions pays par pays

Civils sous les bombes, ça suffit ! Notre volonté commune est une arme de reconstruction massive. Engagez-vous avec Handicap International, signez la pétition !


 

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse
Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

AIDEZ-LES concrètement