Les civils courent chaque jour un grand danger

  • Déminer les terres
  • Libye

Trois ans après le soulèvement en Libye, les mines et les sous-munitions utilisées pendant le conflit menacent toujours la population. Handicap International, présente dès mars 2011 auprès des libyens, poursuit ses actions pour lutter contre ces armes meurtrières et protéger les civils.

Partagez cette actualité

Handicap International intervient en urgence en Libye dès le début du soulèvement contre le régime de Mouammar Kadhafi. La première des priorités est de sensibiliser les Libyens aux risques liés aux mines et restes explosifs de guerre. Trois ans après, 110 000 personnes sont informées, 240 000 dépliants de prévention distribués. Sept associations locales et 900 Libyens sont aujourd'hui formés pour relayer les messages auprès du plus grand nombre.

En octobre 2011, suite aux bombardements intensifs, l'association déploie des équipes de démineurs chargés de détruire ces restes explosifs de guerre. À Misrata, une hotline est mise en place par l'association. Elle permet à la population d'alerter les démineurs de la présence d'engins explosifs. Fermes, écoles, jardin public... plus de 430 zones dangereuses sont ainsi identifiées. 30 millions de mètres carrés, l'équivalent de 4 000 terrains de football, sont sécurisés. 117 000 restes explosifs de guerre, soit 45 tonnes, sont détruits. En 2013, au plus fort de son intervention, 6 équipes de démineurs de Handicap International sont à pied d'œuvre à Tripoli, Syrte et Misrata.

« Aujourd'hui encore, des familles retrouvent des restes explosifs de guerre chez elles, dans leur jardin, dans leur salon. De nombreux civils courent donc un grand danger sans le savoir. Certains d'entre eux sont même tentés de récupérer le métal ou les explosifs des bombes abandonnées. Des comportements très dangereux qui nous montrent au quotidien la nécessité de détruire ces armes et de sensibiliser les civils aux dangers qu'elles représentent. », témoigne Frédéric Maio, responsable du programme Libye de Handicap International.

L'association doit encore sécuriser 1 500 000 mètres carrés pollués par des armes et des munitions projetées lors du bombardement de 40 entrepôts d'armes à Misrata. Cette zone, accessible à la population, représente une terrible menace. Les experts de Handicap International estiment que sa dépollution prendra 18 mois.

« C'est un travail de longue haleine que nous devons poursuivre encore plus intensément en 2014. » explique Frédéric Maio. « De nombreux accidents impliquent des enfants et des adolescents. Il est indispensable de continuer le travail de sécurisation des stocks de munitions et de diffuser des messages de prévention et de sensibilisation.»

Aujourd'hui, Handicap International intervient à Misrata. Ses équipes forment des professeurs, le personnel soignant des hôpitaux, des imams et des chefs d'entreprises à l'éducation aux risques des restes explosifs de guerre et des armes légères*. Ces personnes influentes relayent ensuite les messages de prévention au sein de leurs communautés.

* Une arme légère est conçue pour être utilisé par un seul individu ou par deux ou trois personnes travaillant en équipe. Les armes légères expulsent ou lancent une balle ou un projectile par l'action d'un explosif (roquettes, fusils à grenades...)

Publié le 17 Février 2014.

Nos Actions pays par pays

Civils sous les bombes, ça suffit ! Notre volonté commune est une arme de reconstruction massive. Engagez-vous avec Handicap International, signez la pétition !


Engagez-vous !

DEVENEZ BENEVOLE

DEVENEZ MOB'ACTEUR

FAITES UN DON


Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse
Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

AIDEZ-LES concrètement